Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Beautés électriques…

 
 
    Publié le 9 novembre 2012

En ce début d’année et alors que certains avaient prédit la fin du monde pour le 21 décembre 2012, notre planète doit regarder les voitures électriques avec un œil attentif. L’écologie a pris place dans l’industrie automobile depuis de nombreuses années et au-delà de l’aspect « marketing », des marchés à conquérir et des objectifs de ventes des constructeurs, arrêtons-nous un moment sur les plus belles voitures électriques qui ne manquent pas d’atouts esthétiques et technologiques pour nous séduire…

Honneur aux USA qui viennent de réélire leur président avec la Fisker Karma. Esthétiquement très aboutie avec ses 5 mètres de long pour 1,985 mètres de large, un capot très long et une faible hauteur de pavillon, la Fisker Karma fait sensation.

Cette 4 places est propulsée par une technologie complexe. En effet, le moteur thermique a pour seul et unique rôle de recharger des batteries lithium-ion grâce à un générateur. Les batteries alimentent ensuite deux moteurs électriques de 300 Kw au total qui finissent le travail en entraînant directement la transmission. En pratique, les batteries, rechargeables à l’aide d’une simple prise électrique, fonctionnent jusqu’à épuisement, soit pour 80 kilométres de distance, puis le moteur à essence prend le relais pour environ 400 kilomètres avec le fonctionnement « hybride » expliqué précédemment. Il suffit au conducteur de sélectionner au choix le mode Stealth pour rouler en mode 100 % électrique avec environ 220 chevaux, ou le mode Sport, afin de cumuler l’apport du thermique et de l’électrique permettant de disposer de 408 chevaux et de 1300 Nm de couple instantané. Niveau consommation, la Fisker Karma est donnée pour 2,3 l/100 km. Le toit de la Fisker est quant à lui le plus grand toit solaire conçu au monde pour une voiture. Il alimente principalement les instruments de bord de l’auto.

Proposée à 98 900 € en finition Eco Standard (après déduction du bonus écologique) la Fisker Karma a des arguments de poids à faire valoir. Hélas certains propriétaires ne verront pas arriver leur Fisker Karma dans les délais. 16 autos ont été entièrement détruites à Port Newark, dans le New Jersey lors du passage de l’ouragan Sandy le 30 octobre dernier. D’après le communiqué officiel du constructeur, la cause de l’incendie est dûe à un court-circuit sur l’un des véhicules. Les vents violents ont alors propagés les flammes aux autres voitures. Mauvais Karma ou prémisse de fin du monde ?

Traversons maintenant l’Atlantique, et branchons-nous à la Porsche Panamera S Hybrid, LA voiture de sport 4 places.

Extérieurement l’auto est parfaite, l’ADN de Porsche est présent dans chaque courbe, chaque détail. Des yeux de l’auto en passant par ses épaules et sa poupe. Porsche adapte à la Panamera le bloc apparu sur la Cayenne Hybride. La puissance de l’auto est de 380 chevaux obtenus avec la combinaison suivante : un V6 essence de 333 chevaux associé à un bloc électrique de 47 chevaux, une batterie NiMh (capacité : 1,7 kWh, puissance : 38kW). L’auto bascule en douceur du mode électrique en mode thermique et inversement. Au bout de deux kilomètres, au plus tard, la batterie vidée appelle le moteur thermique en renfort. Une manœuvre qui s’effectue en toute transparence, peu importe si le mode électrique est enclenché manuellement ou non. La gestion du va-et-vient entre bloc électrique, moteur thermique, ou le cumul des deux est parfaite.

La Panamera S Hybrid est affichée à plus de 100 000 € . A noter que malgré des formes splendides, la Porsche Panamera prend de l’âge… 2013 verra donc arrivée un restylage de l’auto sortie en 2009.

Restons chez nos amis allemands pour découvrir une des sensations du Mondial de l’Automobile 2012, la Mercedes SLS AMG Electric Drive. La firme à l’étoile fait encore parler sa maîtrise technologique accompagnée par son préparateur historique AMG. La SLS Electrique propose l’équivalent de 750 chevaux grâce à quatre moteurs électriques synchrones, délivrant un couple de 552 Kw.

Le tarif de l’auto sera de 420 900 € pour une commercialisation en juin 2013. Comment qualifier cette magnifique auto ? La Supercar électrique est née. « Les jours du pétrole sont peut-être comptés, mais pas ceux du plaisir de conduire ». C’est ainsi que Dietre Zetsche, le grand patron de Daimler, a conclu sa présentation aux journalistes de cette SLS électrique. La suite ci-dessous en vidéo.

Notons que ce bleu électrique est superbe et saluons le choix de Mercedes pour cette couleur inédite ! Mais qui peut concurrencer la SLS ? Et bien la France avec Exagon Motors…

Terminons en beauté et sans aucun chauvinisme avec la Furtive-eGT , notre supersportive (fini le terme « Supercar » parlons français). Cette GT « 2+2 » est développée à Magny-cours, dans les locaux d’Exagon Motors situés au technopole à quelques centaines de mètres du circuit ayant accueilli le dernier GP de F1 « bleu, blanc, rouge » en 2008.

Exagon Motors possède une solide expérience du sport automobile « à batteries » pour fournir toutes les autos du trophée Andros électrique depuis 2009. Et même en tant que jeune média français (Les Voitures.fr a tout juste un an), permettons-nous de mettre les pieds dans le plat en déclarant que la Furtive-eGT est la plus belle voiture française. « Faire la synthèse entre le meilleur de la technologie allié à la haute couture française », c’est ainsi que le patron d’Exagon Motors, Luc Marchetti, qualifie sa création.

Les lignes de l’auto sont sublimes entre finesse et agressivité avec ce côté trapu qui donne une impression de robustesse et de qualité « Made in France ». A savoir que l’auto est fabriquée 100% à la main. La structure de l’auto est composée d’un châssis et d’une carrosserie en fibre de carbone et nid d’abeilles développées par HP Composites. Une telle sophistication est unique pour une voiture électrique. Le poids à vide de l’auto est de 1640 kilos. Notre française est propulsée par deux moteurs électriques Siemens en position centrale arrière qui développent 402 chevaux avec un couple de 516 Nm. Et pour transmettre cette puissance aux roues l’auto est équipée d’un différentiel autobloquant et d’une boite de vitesse à 3 rapports WCT (Without Cut Torque). Les jantes sont du 20 pouces chaussées en 245/35 R 20 à l’avant et 305/40 R 20 à l’arrière. Les pneus ont été développés spécialement par Michelin. Prêt pour un tour au Nürburgring ?

Les performances annoncées sont spectaculaires car la bête accélère de 0 à 100 km/h en 3,5 s, soit plus fort qu’une Ferrari 599 GTB (620 chevaux). La Furtive-eGT est également la première GT électrique à garantir plusieurs autonomies moyennes de 197 à 402 kilométres sur le mode électrique seul. Un générateur de grande autonomie (G.G.A), en option, vient porter cette autonomie à 807 km.

La commercialisation de la Furtive-eGT est programmée pour l’été 2013 pour un prix de 404 238 €. Le bonus écologique de 7000 € restant à déduire. Et déjà 60 commandes fermes ont été passées…
Pour conclure, il est évident que la Furtive-eGT renoue avec la tradition française telle que Bugatti et Delahaye l’ont porté durant les années 30. Exagon Motors propose une auto qui sera attirée une clientèle internationale exigeante. La France n’a pas de GT à moteur thermique, mais elle possède grâce à la Furtive eGT un emblème technologique exceptionnel dont nous pouvons être fiers. Et comme le disait si bien Ettore Bugatti : « Ce qui a déjà été inventé appartient au passé, seules les innovations sont dignes d’intérêt ».

Texte : Fred LA