Paris : les plans d’Anne Hidalgo « anti-voitures » bientôt dans l’impasse ?

    Publié le 1 février 2017

Depuis quelques jours, Anne Hidalgo n’a plus rien annoncé en matière de projets « anti-voitures » pour Paris. Est-elle touchée par le virus de la Grippe ? Ou la maire de Paris serait-elle en train d’accuser le coup suite aux différentes actions menées contre elle. La dernière en date pourrait clairement l’obliger à faire marche arrière…

Nathalie Kosciusko-Morizet mène le front pour Les Républicains contre la maire PS de la capitale. Ainsi, elle a envoyé un courrier au Préfet de Paris. Rappelons que ce dernier est en charge de la période d’observation de 6 mois. Dans sa lettre, Nathalie Kosciusko-Morizet a demandé à Michel Cadot, Préfet de Police de Paris, de confirmer qu’aucun travaux ni projet ne passera en phase de réalisation avant la fin de l’étude.

anne-hidalgo-paris

Le Préfet a répondu qu’aucune décision ne serait prise « avant le terme de la période d’observation de six mois ». De plus, et ce n’est pas anodin,  Michel Cadot a également déclaré qu’il n’avait pas été saisi sur les dernières idées d’Hidalgo, à savoir la transformation des quais hauts rive droite dont la circulation à double sens rue de Rivoli et la création d’une piste cyclable :

« Le préfet de Police souhaite préciser qu’il n’a pour le moment pas été formellement saisi conformément au code général des collectivités territoriales. »

Parallèlement à ce courrier, Nathalie Kosciusko-Morizet défend une idée spectaculaire : la couverture totale du boulevard périphérique. C’est ce qu’elle a soutenu hier lors du Conseil de Paris.

Revenons aux voies sur berges, et aux projets de notre « chère Anne ». Rappelons que la dernière étude menée par Valérie Pécresse, qui est à la tête de la région Ile-de-France, a démontré en chiffres l’augmentation colossale de la pollution dans Paris (à lire sur : Paris : la pollution en hausse de 53% sur les voies sur berges !

pollution-voies-sur-berges-paris-hausse

Enfin, Anne Hidago a fait preuve d’une « belle arrogance » pour répondre à Nathalie Kosciusko-Morizet :

« Je n’ai pas besoin de l’opposition pour me parler de la forme de mes relations de travail avec le préfet. »

Vivement le printemps, période à laquelle la période d’observation arrivera à son terme avec les conclusions qui vont avec…

La rédaction