Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Éthylotest

Éthylotest

L’abus d’alcool est la 1ère infraction mortelle sur la route, responsable de près d’un tiers des décès. L’éthylotest est un moyen simple et efficace pour savoir si l’on a dépassé la limite légale autorisée avant de prendre la route : 0,5 gramme d’alcool par litre de sang, soit 0,25 milligramme d’alcool par litre d’air expiré.

Depuis le 1er juillet 2012, tous les conducteurs de voiture, moto, deux-roues, camion, bus, ont l’obligation d’avoir un éthylotest lors de leurs déplacements. Seuls les conducteurs de moins de 50 cm3 ne sont pas concernés.

Un éthylotest pour chaque conducteur

Le décret, publié au Journal officiel du jeudi 1er mars 2012, indique que, à partir du 1er juillet 2012, tout conducteur de véhicule terrestre à moteur (voiture, moto, deux-roues, camion, bus…) doit être en mesure de présenter un éthylotest :

  • non utilisé
  • en cours de validité (un éthylotest est valable 2 ans)
  • conforme à la norme NF. La liste des fabricants d’éthylotests certifiés « NF » est consultable sur le site du Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) en cliquant sur le lien suivant :  http://www.lne.fr/fr/actualites/pdf/liste-ethylotests-certifies-nf.pdf

Cette mesure ne s’applique pas aux cyclomoteurs (50 cm3 et moins), ni aux véhicules équipés d’un dispositif d’anti-démarrage par éthylotest électronique (installé par le constructeur ou par un professionnel agréé).

Le Conseil national de la sécurité routière est chargé par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls d’évaluer cette mesure. Dans l’attente des résultats de cette évaluation, la verbalisation pour non-détention d’un éthylotest dans un véhicule à moteur est suspendue.

Le réflexe « éthylotest » pour s’auto-contrôler

L’éthylotest permet à chacun de s’auto-contrôler quand il a un doute sur son alcoolémie avant de reprendre le volant. Chacun peut aussi s’en servir pour inciter un proche à vérifier qu’il n’a pas dépassé le taux légal autorisé de 0,5 g/l de sang (0,25 mg/l d’air expiré).

L’éthylotest peut être électronique ou chimique. Il doit être marqué de la norme NF.

L’éthylotest chimique ou jetable se présente sous la forme d’un tube et d’un sachet plastique et coûte entre 1 et 2 euros. Il est à usage unique. Si vous faites ce choix, pensez à en acheter deux : un pour se tester et un d’avance pour rester en règle c’est-à-dire toujours disposer d’un éthylotest non utilisé.

L’éthylotest électronique est réutilisable mais coûte entre 100 et 200 euros. Il se présente sous la forme d’un boitier, un peu plus gros qu’un smartphone. Pour disposer de mesures fiables, les éthylotests électroniques doivent être révisés une fois par an ou toutes les 300 à 500 mesures.

Également pour favoriser l’auto-contrôle, les débits de boissons autorisés à distribuer de l’alcool entre 2 heures et 7 heures du matin ont l’obligation depuis novembre 2011 de mettre à disposition des clients des dispositifs certifiés de dépistage de l’état alcoolique.

N’oubliez pas !

Attention, le taux d’alcool dans le sang continue de monter pendant 15 à 30 minutes après le dernier verre si l’on est à jeun, et pendant 30 à 60 minutes si l’on a mangé.