Comme chaque fin d’année, LesVoitures.com vous propose un essai exceptionnel à l’occasion des fêtes de Noël. En cette période hivernale, un soleil rayonnant et les lumières de Paris nous ont offert une atmosphère rêvée au volant de la McLaren 720S Spider Performance, d’autant plus que la sulfureuse Supercar que vous allez découvrir est passée par le département MSO.

En 2017, c’est la McLaren 570GT que nous avons mis à l’honneur dans la « Ville lumière ». Cette fois, à l’instant où nous avons posé nos yeux sur la McLaren 720S Spider, son « Blue Curaçao » et ses multiples éléments en fibre de carbone nous ont comme téléportés dans un autre monde automobile rare, celui où la démesure est synonyme de performances de très haut niveau.

McLaren 720S Spider

Dans le cercle très fermé des super-sportives, la McLaren 720S Spider est sans nul doute la plus évoluée sur le plan aérodynamique. Alors que la McLaren Senna a été conçue sans aucun compromis dans le but d’être encore plus performante, le design de la 720S Spider qui, rappelons-le, fait partie de la gamme « Super Series » du constructeur de Woking, peut être considéré comme un « chef-d’œuvre automobile ».

McLaren 720S Spider

L’attention apportée par les ingénieurs de chez McLaren Automotive sur le traitement des flux d’air est en tous points impressionnant, des optiques avant aux contours ouverts, jusqu’à l’aileron, en passant par ces extraordinaires conduits qui entourent le cockpit, tout est finalement très homogène visuellement. Dans le détail, notre « Supercar de Noël » est équipée de toutes les options possibles notamment tous les packs « Carbon Fibre Exterior Upgrade ».

McLaren 720S Spider

Quant au capot avant, également en fibre de carbone, il est propre au catalogue MSO. La liste des optimisations apportées par MSO à notre 720S Spider est longue, très longue. L’aileron actif en fibre de carbone en fait partie et croyez-nous, c’est un véritable aérofrein ! De la fibre de carbone, on en retrouve pour la  monocoque MonoCell II, cette dernière étant visible dès que l’on ouvre les portes en élytre de la supercar.

McLaren 720S Spider

L’arrière de la McLaren 720S Spider est digne d’une voiture de course mais, à l’image de la silhouette globale du bolide, il est d’une fluidité à couper le souffle. Les désigners et ingénieurs de chez McLaren Automotive ont clairement atteint le summum de leurs expertises tout en travaillant en parfaite symbiose, du très grand art !

McLaren 720S Spider

L’habitacle de la McLaren 720S Spider propose une ambiance plutôt raffinée grâce à l’apport de l’Alcantara de notre modèle d’essai mais, c’est toujours et encore, pour notre plus grand plaisir, la fibre de carbone qui ressort pour créer une atmosphère très « compétition ». Très épuré, l’intérieur de la supecar fait ressortir d’autant plus les différentes commandes mises à disposition du conducteur.

McLaren 720S Spider

C’est tellement simple et ergonomique, un peu comme un jouet, qu’aucun mode d’emploi n’est nécessaire. En mode « Track », l’écran qui compose l’instrumentation digitale se range automatiquement pour laisser place à un indicateur minimaliste.

McLaren 720S Spider

Une halte à l’Abbaye des Vaux de Cernay nous a plongés dans un décor comparable à celui des plus belles campagnes anglaises. Lors de notre journée d’essai, l’astre solaire ne nous a pas quittés offrant ainsi une lumière parfaite. Le bleu qui habille la 720S génère de fantastiques reflets tel un tableau parfait. Les volets et fenêtres bleus de l’ancien monastère auraient-ils inspiré le équipes de MSO ?

McLaren 720S Spider

La photo de couverture de ce sujet est trompeuse. Cette lumière incandescente ne chauffe en aucun cas le bitume froid des routes des Yvelines. L’humidité matinale et les feuilles mortes qui jonchent le sol ne nous facilitent pas la tâche au moment de passer à l’attaque. Pour profiter du moment rare qui nous est offert, nous roulons à l’air libre.

McLaren 720S Spider

Volant bien en main, on prend conscience dès les premières accélérations que la McLaren 720S Spider est d’une violence incomparable, c’est jouissif ! C’est seulement au passage du 4ème rapport que les 720 chevaux (à 7 500 tr/min) arrivent quelque peu à passer sur l’asphalte humide. Avant, cela danse de l’arrière pour un maximum de sensations, le couple de 770 Nm (à 5 500 tr/min) étant colossal puis, grâce à l’équilibre et la précision redoutable de la Supercar, on la place au millimètre près, où l’on veut. En d’autres chiffres, la McLaren 720S Spider abat le 0 à 100 km/h en 2,9 s pour une vitesse maximale de 341 km/h. Niveau consommation, nous assumons les 35 l/100 km de notre formidable essai.

McLaren 720S Spider

En sortie de virage, le V8 4.0 l biturbo monte dans les tours à une vitesse folle. L’accélération est sans fin, extrême ! Le son du moteur amplifie alors un plaisir indescriptible surtout que l’on fait corps avec l’auto. On a également jamais connu une boîte de vitesses aussi rapide. Le plus impressionnant est à venir car, en passant du mode « Sport » au mode « Track », on découvre alors un caractère encore plus dingue. Attention, la McLaren 720S Spider n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il faut alors faire preuve d’humilité dans les enchainements de virages.

Le volant se manie alors avec plus de concentration, les informations qu’il remonte rassurent et provoquent une sorte d’extase. Il en est de même pour le freinage, ferme qu’il faut aller « chercher » mais, d’un mordant incomparable. En tapant dans les freins, on aperçoit l’aileron arrière se braquer, ce qui n’est pas sans nous rappeler le système d’une autre « furie automobile », la Ford GT dont nous avons pris le volant sur une piste détrempée.

McLaren 720S Spider

Bref, au moment où vous lisez ces lignes, nous ne sommes pas remis de nos émotions, le son démoniaque du V8 et ses « bangs » résonnent encore dans nos oreilles. Ces souvenirs sont gravés à jamais dans nos esprits de journalistes automobiles « spécialisés », hélas dans les SUV qui saturent un marché devenu aseptisé.

Un sujet de Noël n’en serait pas un sans une pause photos à Paris sur la place Vendôme et aux abords des Champs-Élysées. De quoi conclure en beauté ce reportage. Pour la petite histoire, nous avons rencontré les pires et amusantes difficultés à réaliser les images dans cet écrin lumineux.

McLaren 720S Spider

Passants, touristes, etc.. tous ont vu notre « jouet de Noël » avec des étoiles plein les yeux. Enfin, la McLaren 720S Spider s’offre à partir de 282 500 € et, vous pouvez rajouter quelques 100 000 € pour les options de celle qui, nous l’espérons, vous a fait rêver en lisant notre essai. Gardez les yeux bien ouverts pour profiter des photos qui suivent.

Texte et essai : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com (Alexandre Besançon)

McLaren 720S Spider McLaren 720S Spider McLaren 720S Spider McLaren 720S Spider

Frédéric Lagadec

Associé, Rédacteur en Chef. Véritable passionné animé par le Sport Automobile, Frédéric évolue sur les circuits depuis 2008. Membre fondateur de l’entreprise, Il est en charge de la ligne éditoriale du média LesVoitures.com depuis 2013.