Rétromobile : les « trésors » de la vente Artcurial Motorcars

Du 5 au 9 février 2020, Paris sera, comme chaque année, la « capitale de la voiture ancienne » avec l’incontournable salon Rétromobile. Hormis les quelques 1 000 véhicules qui y sont attendus dans le cadre du salon, Artcurial Motorcars sera au coeur de l’événement. Le rythme cardiaque des potentiels acheteurs qui participeront à la « La Vente Officielle » du 7 février risque de s’emballer car, des voitures de course exceptionnelles seront présentées ainsi que bien d’autres modèles.

167 lots sont au programme de « La Vente Officielle » Artcurial Motorcars, ce chiffre incluant de nombreuses motos. Cette année, des anciennes gloires des circuits sont mises à l’honneur avec notamment, une Formule 1 Ferrari 126 C3-068 de 1983.

Artcurial Motorcars

Estimée entre 600 000 et 1 000 000 €, la monoplace rouge a terminé à la seconde place du Grand Prix d’Autriche en 1983 avec, à son volant, René Arnoux. Le châssis qui est mis en vente est le numéro 68, soit l’un des quatre conçus.

Artcurial Motorcars

De la Formule 1 aux 24 Heures du Mans, Artcurial Motorcars mettra en scène plusieurs prototypes et voitures  indissociables de l’histoire de la plus grande course au monde. Ainsi, une Rondeau M378 de 1978 (châssis N° M378/001) sera présente le 7 février pour le vente aux enchères. Avec 10 participations aux 24 Heures du Mans, elle est la seule, à ce jour, à compter un si grand nombre de départs.

Artcurial Motorcars

Son palmarès affiche la 2ème place au Mans en 1981, la 3ème en 1980 et la 5ème en 1979. Entre 1978 et 1988, ce bolide des circuits a participé à 19 courses à Monza, à Spa-Francorchamps et ailleurs. Cette Rondeau M378 est estimée entre 900 000 et 1 200 000 €.

Artcurial Motorcars

Avec « seulement » 2 participations aux 24 Heures du Mans, la Jaguar XJ220 C (catégorie GTC) n’est non moins inintéressante. La GT de compétition britannique est estimée entre 900 000 et 1 300 000 €. Comme pour la monoplace Ferrari et la Rondeau, cette Jaguar est dans état parfait.

Artcurial Motorcars

Une superbe ancienne française, une Delahaye 135 Spécial roadster (1936) pourrait, peut-être, atteindre les sommets de « La Vente Officielle » Artcurial, l’auto ayant pris le départ des 24 Heures du Mans 1936, hélas, sans passer sous le drapeau à damier. Sous le marteau du commissaire-priseur Hervé Poulain et sous le regard du spécialiste Matthieu Lamoure, cette sportive d’antan pourrait largement atteindre son estimation maximale (entre 800 000 et 1 200 000 €).

Artcurial Motorcars

Pour ceux qui souhaitent participer aux plus grands événements automobiles dont fait partie le Tour Auto, la Porsche 906 (1966) serait parfaite. La voiture allemande est estimée entre 1 400 000 et 1 800 000 €.

Artcurial Motorcars

Du côté des classiques inestimables, la star incontestable de la vente aux enchères Artcurial Motorcars du 7 février prochain sera la Mercedes-Benz 710 SS de 1929. Attention, on touche ici à un « graal automobile ». Ce modèle Sport Tourer est estimé entre 6 000 000 et 8 000 000 €. Aussi belle que rare, cette Mercedes représentait, à son époque, le summum de l’Automobile avec un grand « A ». Cette beauté est même un peu française car sa carrosserie est signée Fernandez & Darrin.

Artcurial Motorcars

Les 167 lots sont visibles en détail sur de « La Vente Officielle ». Bien sûr, il nous est impossible de présenter en un seul article toutes les voitures de cette vente. A noter qu’une autre vente « Racing, Flying & Yachting » aura également lieu le 8 février au salon Rétromobile.

La rédaction

Photos : Artcurial Motorcars – Rémi Dargegen