Entre Peugeot et Roland Garros, la relation perdure depuis plus de trois décennies. Même si une seule voiture porte aujourd’hui, chez nous, les couleurs des Internationaux de France au sein du catalogue constructeur français, le tennis est l’une des priorités de la marque au lion et cela dépasse les courts situés porte d’Auteuil à Paris. Nous avons rencontré Isabel Salas Mendes, responsable du sponsoring et des partenariats Peugeot, qui nous dit tout sur la stratégie offensive de Peugeot telle une montée au filet.

– Isabel, peut-on présenter la relation entre Peugeot et Roland Garros comme une tradition ?

« Effectivement, c’est une longue histoire d’amour puisque cela fait 34 ans cette année, que nous sommes partenaires de ce bel événement. Nous sommes très fiers de renouveler chaque année le partenariat avec la Fédération Française de Tennis. C’est le tournoi majeur parmi notre programme lié au tennis. On a renouvelé notre engagement auprès de Roland Garros en 2016 et la question d’arrêter ne se pose pas. »

– Pouvez-vous nous présenter la « nouvelle vague » des ambassadeurs Peugeot ? 

« Notre objectif est de présenter Peugeot comme une marque internationale et intergénérationnelle. C’est pour cela que l’on a choisi des joueurs de nationalités diverses et d’âges assez différents sachant que l’on met quand même l’accent sur ce que l’on appelle la Next Gen. A ce titre, on espère trouver le futur numéro 1 mondial pour l’associer à notre marque. On a donc des Espagnols comme David Ferer et Pablo Carreño Busta, car ils sont bien sûr très forts. Le premier a 36 ans et le second 26. Pablo Carreño Busta représente néanmoins la force du tennis espagnol. Il est d’ailleurs 11ème du classement ATP. Fernando Verdasco, âgé de 34 ans, fait également partie de nos ambassadeurs ibériques depuis l’année dernière. Du coté des Argentins, on trouve Juan Martín del Potro, 6ème du classement ATP. C’est une star en Argentine et dans le monde entier. Leonardo Mayer est aussi ambassadeur Peugeot, comme Diego Schwartzman avec qui on a signé l’année dernière pour l’Argentine. Il est aujourd’hui 12ème du classement ATP. Chez les Allemands, on a la chance d’avoir le jeune et très prometteur Alexander Zverev, 3ème à l’ATP. On est convaincu qu’il est le futur numéro 1. C’est notre principal ambassadeur. Le fait qu’il soit Allemand est très important pour nous car, là-bas, le marché automobile est compliqué pour les constructeurs français. Grâce à sa forte personnalité et ses performances, cela ne peut être que positif d’avoir Alexander à nos côtés. L’Angleterre est représentée pour nous par le frère d’Andy Murray, Jamie Murray. Pour la France, nos ambassadeurs sont au nombre de trois : Lucas Pouille, le numéro 1 français 16ème à l’ATP, Gilles Simon et Jérémy Chardy. »

– Comment détectez-vous les jeunes talents du tennis international ?

« On le fait directement sans passer par des agences spécialisées. On discute énormément avec l’entourage des joueurs ainsi que les entraîneurs et autres spécialistes de la balle jaune. Des noms ressortent ainsi comme celui de Zverev il y a quelques mois. Il est surtout important que le pays d’origine du joueur fasse vivre le partenariat. En revanche, quand on nous propose des joueurs américains cela n’est pas envisageable car Peugeot n’est pas présent sur ce marché. L’image, les valeurs qui sont associées à un joueur sont aussi des critères de choix prioritaires. Il n’y a pas que la performance qui compte. L’un des autres aspects importants, c’est la visibilité qu’aura pour le joueur à porter le nom Peugeot. Ce n’est pas une condition impérative mais un plus. Les joueurs qui sont sous contrat avec l’équipementier américain très connu n’ont, à ce titre, pas le droit d’afficher d’autres sponsors. C’est le cas de Juan Martín del Potro par exemple mais la relation est alors beaucoup plus naturelle et l’impact encore plus fort. Au final, c’est toujours un pari sportif passionnant. »

– Pourquoi  les femmes ne sont pas présentes parmi vos ambassadeurs sachant que l’automobile est une affaire de femmes ?

« Les hommes et les femmes suivent le tennis. C’est d’abord pour cela que Peugeot a choisi cette discipline. On a pas de femmes tout simplement car notre marque est associé à l’ATP World Tour qui est 100% masculin. Pour l’instant on se concentre sur les hommes mais on regarde de très près le circuit féminin. Si une joueuse ressort et correspond à nos ambitions, on saura la recruter. »

– Sur le plan produits, peut-on imaginer une future série limitée Peugeot 508 Roland Garros car cette nouvelle berline haut de gamme est destinée à séduire à l’international ?

« Je ne peux rien dire. Ce genre de décisions ne m’appartient pas sinon toutes les Peugeot seraient déjà déclinées en Roland Garros (rires). La Peugeot 108 TOP! Roland Garros est commercialisée en France. En Argentine, il existe la 308 Roland Garros. Mais j’imagine très bien une 508 Roland Garros. Je vais proposer votre merveilleuse idée (rires). »

– Quel joueur roule au quotidien en Peugeot ?

« Tous ! Et naturellement durant les 33 tournois de l’ATP World Tour pour lesquels Peugeot fournit sans exception des voitures. A Roland Garros, il y a 230 véhicules qui sont mis à disposition cette année. Même les joueurs et joueuses qui ne sont pas accompagnés par Peugeot roulent ici en Peugeot donc. La flotte pour les Internationaux de France est composée de 3008, 5008 et de Traveller. Au niveau personnel, la majorité de nos ambassadeurs roulent en 3008. A l’opposé, Alexander Zverev possède un 5008. Les joueurs de tennis adorent les SUV. »

– Pouvez-vous nous parler du contrat type de partenariat et de ses conditions en matière d’image ?

« Des journées de tournage et de prises de vue sont prévues pour chacun des ambassadeurs pour réaliser des visuels comme ceux que nous avons ici au village Roland Garros ou encore pour produire des vidéos pour la télévision et internet. Il y a aussi les rencontres avec nos clients et les événements marques comme un salon mais c’est assez difficile à organiser car l’agenda des joueurs ne leur laisse que peu de temps. Il y a bien sûr la visibilité grâce au patch Peugeot que nos joueurs portent, sans oublier les réseaux sociaux qui offrent une très grande vision de la marque à travers nos joueurs. »

– Certains ambassadeurs ont-ils exprimé l’envie de faire du Sport Auto ou de s’y essayer ?

« Les Espagnols ont déjà participé à des roulages à Barcelone en compagnie de Carlos Sainz. Ils adorent ça ! Alexander Zverev en rêve également. Il nous pousse même pour pouvoir faire ce type d’événement. Ils suivent d’ailleurs de très près le FIA World Rallycross. »

– Quelle serait ta finale de rêve pour le 10 juin ?

« J’adorerais vivre et vibrer lors d’une finale entre Zverev et Nadal. Gagner Roland Garros, c’est extraordinaire. Comme je l’ai entendu récemment de la part d’un joueur : gagner Roland Garros contre n’importe c’est déjà magique mais contre Nadal c’est phénoménal. ».

Pour conclure, voici Alexander Zverev, Juan Martin Del Potro, Pablo Carreño, Diego Schwartzman, Lucas Pouille et David Ferrer qui tentent d’attraper le SUV Peugeot 5008.

Interview : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com