Cupra Ateca : le puissant SUV à l’essai

En février 2018, la nouvelle marque automobile Cupra était née. Pour la lancer, Seat s’appuie sur ce qu’il est considéré de présenter comme un pari à la fois osé et logique. En proposant comme premier modèle le Cupra Ateca, le constructeur espagnol s’assure un attrait certain de potentiels acheteurs sur le segment le plus en vogue. Mais, un SUV n’est généralement pas synonyme de sportivité. Nous étions donc impatients de découvrir ce produit unique en son genre au sein des constructeurs généralistes.

Avant de vous présenter le Cupra Ateca et ses 300 chevaux, revenons rapidement sur le modèle standard. L’Ateca a marqué le renouveau de Seat en 2016 lors de sa révélation au salon de Genève. L’Ateca est également le premier SUV de l’histoire du constructeur ibérique. S’appuyant sur l’expertise du groupe Volkswagen, il représente depuis une offre sérieuse et accessible en tant que véhicule familial. Sa déclinaison en Cupra Ateca au logo « Decepticon » a pour ambition d’aller chercher une clientèle plus jeune, avide de nouveauté et à la recherche d’originalité.

Pour « Transformers » son SUV compact en une version plus « méchante » visuellement, les designers de chez Cupra lui ont apporté moins de modifications extérieures que l’on pourrait le penser. A l’avant, le bouclier est aéré grâce à des ouvertures en nid d’abeille. Exit le chrome qui entoure la calandre du Seat Ateca, place à un traitement noir laqué sur toute sa surface. Identique au Seat Ateca dans sa forme, le bouclier avant du Cupra Ateca profite d’une partie basse plus droite et sans sabot de protection. Ce dernier élément intègre une nouvelle entrée d’air rectiligne à l’inscription « CUPRA ».

De profil, les changements sont mineurs mais efficaces. Abaissé de 10 mm, le Cupra Ateca est équipé de jantes de 19″ en série. Ses bas de caisse sont également plus effilés avec l’apparition d’une longue et fine barre au rendu noir, ceci comme les rétroviseurs et les barres de toit.

L’arrière du Cupra Ateca est, quant à lui, beaucoup plus différent que le SUV badgé Seat mais toujours avec peu de modifications : éléments de style en forme de rectangle pour élargir le SUV, diffuseur noir proéminent aux contours proéminents, quadruple sortie d’échappement brillante.

Au final, la silhouette affirmée du Cupra Ateca est annonciatrice de sensations sportives tout en étant proche de celle du Seat Ateca FR de 190 chevaux. Avant d’aborder l’essai lors d’une incroyable Spéciale sur route fermée, « visitons » l’habitacle du SUV Cupra.

L’ambiance intérieure du Cupra Ateca n’a cette fois plus rien à voir avec son « sage cousin ». Sombre et doté de matériaux plus haut de gamme, cet espace de « voyage rapide » génère une forte personnalité à l’opposé du Seat Ateca, trop rigoureux et simpliste. Pour commencer, les seuils de porte font apparaître en lumière un logo « CUPRA ». Puis, les contre-portes proposent un doux cachet procuré par l’utilisation d’Alcantara, matière que l’on retrouve pour les sièges enveloppants. A noter que des sièges baquets seront proposés en option début 2019. Inserts en bronze, finitions au style fibre de carbone complètent cette panoplie attractive. Le conducteur sera également plus qu’heureux de bénéficier d’une instrumentation digitale ainsi que d’un pédalier en aluminium.

Comme tout SUV, l’habitabilité est bien sûr au rendez-vous. Le volume de chargement est important (485 l), de quoi charger plusieurs pneus slicks de rechange pour aller s’amuser sur circuit. L’Ateca Cupra, c’est aussi une dotation en équipements très riche dont la caméra à 360°.

C’est parti, mettons le contact. La possibilité rare d’évoluer sur une portion de route fermée est pour nous un privilège offert par Cupra. Avant le départ, nous nous empressons d’aller chercher les différents paramètres du mode « Cupra ». Le mode le plus ultime qui inclut le « Launch Control » après les « Confort » et « Sport », sans oublier les modes « Individuel », « Off-Road » et « Neige ». Nous décidons alors de régler l’ESC en mode sportif.

L’ordre de départ à peine donné, nous écrasons la pédale de droite. A cet instant, on oublie littéralement que l’on est au volant d’un SUV. Le Cupra Ateca s’arrache du sol en trombe avec une sonorité rauque des plus agréables. En moins de temps qu’il ne le faut pour l’écrire, nous avalons la ligne droite. Le couple de 400 Nm disponible entre 2 000 et 5 200 tr/min y est pour beaucoup. La boîte de vitesse DSG7 de dernière génération permet de jouir de changements de rapports ultra-rapides avec une douceur déconcertante. Seules les palettes au volant nous paraissent trop petites, surtout que la première courbe approche.

On se jette sur les freins. Ces derniers sont de série sur notre modèle d’essai à disques ventilés à l’avant (340 mm x 30 mm) et à disques pleins pour l’arrière (310 mm x 22 mm). Cette phase de freinage est tout aussi impressionnante que l’accélération, ça freine très fort avec une pédale à la course courte. Alors imaginez la même action avec les freins Brembo en option (2 185 €)…

En courbe, le châssis équipé de série du DCC (Dynamic Châssis Control) aux suspensions adaptatives paramétrées en mode de conduite « Cupra » colle le SUV au sol. On vire à plat sans aucun effet de roulis. La transmission intégrale intelligente 4Drive aide à ce ressenti plaisir inconnu à ce niveau sur un autre SUV dit généraliste. Dans le virage en épingle de la Spéciale et la chicane, le Cupra Ateca est tout aussi surprenant en termes d’agilité. Le poids contenu de 1 615 kilos du SUV (en ordre de marche avec conducteur) y participe comme ses liaisons au sol. Elles sont composées, à l’avant, de suspensions indépendantes de type McPherson et de ressorts hélicoïdaux/amortisseurs hydrauliques. Cette configuration est reprise pour l’arrière avec un essieu multilink. Le grip très efficace des Pirelli P Zero se ressent à travers le volant qui remonte des informations très précises. « Précis » est aussi le terme à employer pour définir la direction du Cupra Ateca.

Nous n’étions pas au bout de nos surprises car le 4-cylindres 2.0 l TSI à injection directe et suralimenté est d’une allonge digne d’une voiture sportive. La zone rouge du compte-tours et vite atteinte mais l’aiguille ne cesse pas d’avancer encore plus haut dans les tours ! Les 300 chevaux étant disponibles entre 5 300 et 6 500 tr/min, cela fait de l’Ateca Cupra un SUV qui ne demande qu’à être « brusqué », excusez-nous du terme. Ainsi, les chiffres des performances sont inédits, toujours pour un SUV généraliste : 0 à 100 km/h en 5,2 s et 247 km/h de vitesse maximale. Le tout avec des consommations et émissions de CO2 contenus qui sont respectivement de l’ordre de 7,4 l/100 km en cycle mixte (données constructeurs) et 155 g/km émis (NEDC 2.0).

Une fois la Spéciale derrière-nous, les routes de la région de Barcelone nous ont de nouveau prouvé les qualités dynamiques du Cupra Ateca.  En mode « Sport », les suspensions sont un peu moins fermes et la direction un peu moins directe. Le moteur s’exprime de manière quasi-identique au mode « Cupra ». Le mode « Sport » peut être utilisé au quotidien tel un mode « Normal » et le mode « Confort » du Cupra Ateca comme un mode « Eco ».  Le mode « Confort » offrant un agrément de conduite indispensable pour évoluer en ville, ceci avec des suspensions plus souples. Malgré sa garde au sol réduite et ses angles d’attaque réduits à leur minimum, le SUV compact espagnol sait s’aventurer sur des chemins. Le Cupra Ateca ne serait-il pas le SUV généraliste le plus polyvalent ? Vous connaissez la réponse !

Le bilan de notre essai du Cupra Ateca est donc très positif. Affiché à partir de 43 150 € (malus / 3 290 €), le Cupra Ateca n’a pas de concurrent. Seul le Jaguar E-Pace P300 AWD Automatique développe exactement la même puissance de 300 chevaux mais il figure sur le marché des SUV premium avec un tarif minimum de quelques 53 000 €. De plus, l’E-Pace est typé très confort. Avec l’Ateca au pedigree sportif, Cupra réussi une entrée osée et réussie sur le marché automobile qui a bien besoin de ce type de SUV « au sang chaud ».

Texte et essai : Frédéric Lagadec

Photos : Seat et LesVoitures.com