Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Seat Ateca FR : road trip sur les routes des « mille lacs »

 
 
    Publié le 3 septembre 2017

Depuis une dizaine d’années, les SUVs envahissent nos villes. Ces véhicules familiaux font désormais partie de notre quotidien automobile car ils sont utilisés majoritairement pour des tâches simples, comme pour se rendre sur son lieu de travail ou encore faire les courses. Deux ou trois fois par an, ils prennent la route des vacances et c’est tout. Mais, comme leur dénomination l’indique (Sport Utility Vehicle), ils peuvent s’évader en-dehors des sentiers battus. Après notre road trip en Afrique du Sud en Seat Ateca, place à la Finlande où nous l’avons retrouvé dans sa nouvelle et puissante déclinaison 2.0 l TFSI 190 ch DSG7 4Drive pour « affronter » les routes du rallye WRC des mille lacs et bien d’autres…

Au programme de notre périple, plus de 1 000 km en 3 jours au départ d’Helsinki en direction de l’est pour rallier Joensuu. Avant de plonger dans le cœur de cette aventure, présentons le SUV espagnol aux origines allemandes. Dévoilée en 2016 à l’occasion du salon de Genève, la gamme Ateca a reçu en mars dernier le bloc 2.0 l TFSI. Grâce à ce puissant moteur, et au logo FR, l’Ateca trône au-dessus des autres modèles et finitions (Reference, Style et Xcellence).

Basé sur l’Ateca Xcellence, le FR offre un design encore plus abouti au SUV. Ainsi, le noir du sabot avant, des protections latérales et du bouclier arrière disparaît au profit d’une carrosserie totalement peinte. Les bas de caisse profitent, quant à eux, de barrettes au rendu métallique. Elles contrastent avec le noir spécifique aux contours des vitres et aux barres de toit de l’Ateca FR. Le SUV se démarque également grâce à sa double sortie d’échappement. Notre Ateca FR profite de surcroît d’une teinte agressive Orange Samoa et des jantes 19″ FR Machined, les deux étant en option. Précisons que la finition FR est également disponible sur plusieurs motorisations essence et diesel. Place au road trip et à sa première journée avec au programme 390 km en direction de Jyväskylä.

La Finlande est à la fois le pays le plus boisé d’Europe et celui dont la densité en population est la plus faible mais, c’est surtout ses quelques 180 000 lacs qui exportent les images de ce pays dans le monde entier. Ils nous a fallu à peine une heure de route pour plonger dans cet univers et pas par n’importe quelle route, celle de la mythique spéciale Ouninpohja du championnat du monde des rallyes WRC.

Certes, en cet fin d’été en Finlande, nous sommes loin des conditions hivernales dans lesquelles se dispute l’une des plus anciennes épreuves du WRC. Cependant, elle ne représente pas moins un défi pour notre monture. La pluie s’étant abattu peu avant notre arrivée, la piste s’est rapidement révélée être très piégeuse. Très variée en termes de configuration cette première portion off-road nous offre un terrain de jeu exceptionnel aux commandes de l’Ateca FR. Ainsi, en nous efforçant de rester sur la droite de la piste, car nous évoluons sur routes ouvertes, de nombreux pièges se sont présentés devant nous, ne demandant en revanche qu’un court temps d’adaptation, le système 4Drive du SUV révélant immédiatement ses capacités à affronter ce type de parcours. De quoi prendre suffisamment confiance aux abords des bosses et autres virages serrés. Comme on le dit souvent en Sport Auto, la moindre erreur se paye « cash ». En Finlande, il faut éviter de planter l’auto dans les trous et autres creux qui composent les bas côtés des pistes ou, pire, de finir dans l’eau toujours proche !

La transmission intégrale 4Drive a la capacité de répartir les 190 ch du 4-cylindres TFSI indépendamment sur chacune des roues en fonction du terrain. En mode « Off-Road », il prend alors le pouvoir sur le traditionnel ESP. A plusieurs reprises, il nous permet d’avoir la motricité nécessaire tout en stabilisant le SUV « Haut sur pattes ». Exercice délicat sachant que notre Ateca FR dispose de pneus classiques. Le paysage qui se dévoile devant nos yeux est également à prendre en compte. Nous essayons de profiter de bois sans fin qui souvent s’ouvrent à la lumière des reflets des lacs. Le tout crée une atmosphère qui fait ressortir la force de ces éléments naturels. A un rythme soutenu, nous sommes donc davantage concentrés sur notre conduite. Comme vous allez pouvoir le constater, à travers nos quelques haltes chez l’habitant, cela nous a néanmoins permis de profiter pleinement de fantastiques paysages.

Cette première Spéciale derrière-nous, un secteur bitumé s’est ensuite présenté. Malgré le gain logique d’adhérence procuré , nous ne relâchons pas notre attention car les dénivelés sont aussi impressionnants que le décor qui se déploie face à nous. Ajoutez à cela des pistes qui subissent des variations de températures de -40° l’hiver à 30° l’été et vous comprendrez que rouler sur ce type de terrain demande une certaine attention. Le temps est venu de tester le mode « Sport » de l’Ateca FR. On place alors la molette sur le logo « drapeau à damier ». Souvenez-vous, en Afrique du Sud (Road Trip : les SUV Qashqai, Ateca et 3008 sur « les routes de l’impossible » d’Afrique du Sud !), nous étions restés sur notre faim concernant ce mode présent sur l’Ateca 2.0 l TDI 190 ch, les modes « Normal » et Sport » étaient alors trop proches.

Afin d’étayer nos propos, rappelons qu’à motorisation diesel quasiment équivalente, le 3008 BlueHdi (180 ch) se lâche beaucoup plus en mode « Sport ». Comme si les ingénieurs de chez Seat avaient voulu porter leurs efforts sportifs sur la version essence, ce mode de conduite est enfin à la hauteur sur l’Ateca 2.0 l TFSI 190 ch DSG7 4Drive. Au-delà de l’intervention enfin importante sur la cartographie moteur, il pose littéralement le SUV sur l’asphalte grâce à l’amortissement piloté et rigidifie la direction.

Les kilomètres se sont enchaînés rapidement puis, lors d’une nouvelle portion off-road, nous ne pouvons résister à aller « presque » frapper à la porte des maisons qui bordent les lacs. Isolés de toute ville, les Finlandais jouissent d’une sage quiétude à rendre jaloux ceux qui vivent en bord de Seine…

Les voyages en voiture dans ce genre de contrées lointaines sont toujours l’occasion de moments intenses et hors du temps. Telle une carte postale, le soleil se couche sur une brume qui, elle-même, recouvre un tapis généreux de verdure. Ce décor haut en couleur n’est pas sans rappeler celui des grands espaces américains. Il fait ressortir la signature visuelle du SUV « libéré » du monde urbain. Après cet instant magique, l’arrivée de notre première étape est proche.

A l’aube du deuxième jour, direction le grand est finlandais. Comme la veille, une Spéciale est au programme sur une courte distance. Cette fois le décor est plus sombre. La Finlande réserve bien des surprises au travers d’arbres encore plus hauts. L’ambiance est encore plus forte de part des espaces plus étendus et des perspectives visuelles qui défilent. Afin de tester dans les moindres détails le dispositif 4Drive, nous décidons d’utiliser le mode « Confort ». La différence est alors notable. L’ESP seul gère la motricité de l’auto et la répartition de la puissance se fait prioritairement sur l’essieu avant. L’Ateca reste étonnamment sain dans ses réactions. En glisse, Il faut alors jouer un peu plus avec le volant alors, qu’en mode « Off-Road », la puissance à elle seule, qui est envoyée sur une roue permet de repartir quasiment droit en sortie de virage. A la relance, il faut aussi être doux avec les palettes au volant qui commandent la boîte à double embrayage DSG7. On ne roule pas en automatique sur les routes des 1 000 lacs, c’est la règle pour nous. Cela permet de jouir d’un couple immédiat au besoin. Celui de l’Ateca FR 2.0 l TFSI étant généreux : 320 Nm (entre 1 450 et 4 200 tr/min).

Le revêtement des routes et pistes finlandaises se faisant changeant, nous passons souvent d’un mode à l’autre. Le SUV s’adapte avec allégresse malgré ses 1 900 kilos. Une compacte collée au plus proche du sol ferait bien sûr mieux mais l’Ateca FR s’en sort haut la main !

L’un des grands moments de notre balade en Seat Ateca FR est arrivé. Aux alentours de Puumala, l’une des plus belles routes au monde nous accueille, les lacs grands ouverts ! On « vole » alors littéralement au-dessus des flots. C’est une sensation étrange, on semble évoluer dans une région complétement inondée qui laisse juste les arbres et quelques îlots sortir de l’eau. Pourtant, ce n’est bien sûr pas le cas, nous sommes au cœur de ce que la Finlande propose de plus majestueux. Les enfilades de cette route, ce pont sans fin, révèlent le dynamisme de l’Ateca FR. Le pied droit se fait plus lourd mais attention, il y a presque autant de radars que de lacs en Finlande même sur le tracé des Spéciales !

Moment idéal pour tester la générosité du 4-cylindres 2.0 l. En mode « Normal », il manque intrinsèquement d’allonge. En mode « Sport » ceci est totalement effacé. Généreux et performant (0 à 100 km/h en 7,9 s – vitesse maximale : 212 km/h), comme évoqué précédemment, l’Ateca 2.0 l 190 ch est alors capable d’avaler les kilomètres avec des reprises idéales, d’une terre à une autre jusqu’à ce que la nature l’arrête…

D’un continent à un autre, de l’homme qui produit l’effort pour traverser une rivière africaine à une machine qui fait de même en Finlande, il n’y a qu’un bac qui les séparent. Pourquoi n’y a-t-il pas de pont à Haapaselkâ ? Tout simplement pour laisser les bateaux naviguer.

En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, alors que la pluie fait son apparition, nous nous retrouvons de l’autre côté de la rive. Déjà, le terme de la 2ème étape est proche. A bord du Seat Ateca, les heures et les heures de route ne font pas ressentir. Transition idéale pour évoquer rapidement son habitacle.

Le Seat Ateca profite beaucoup du groupe VAG (plateforme MQB, DSG7, 4Drive, etc…) mais, une fois assis à l’intérieur, tout est trop austère. L’ergonomie et le confort proposés par l’Ateca sont de bon niveau mais les plastiques durs sont hélas trop nombreux. La sensation d’espace ravira cependant petits et grands. On notera également la présence de nombreux rangements et un volume de chargement plus qu’intéressant (400 l en finition FR). Sans oublier les nombreuses aides à la conduite qui positionnent l’Ateca FR vers du presque premium. Ce « presque » marque la différence entre un Ateca, un Volkswagen Tiguan et, tout en haut du marché des SUV, avec l’Audi Q3.

3ème et dernière étape… 285 km de parcours nous attendent dont , de nouveau pour notre plus grand plaisir, 60 km de Spéciale. Les flaques d’eau sont autant de pièges, certaines cachant d’énormes trous. Non loin de la Russie, nous longeons des lacs et des lacs et encore des lacs sans aucune lassitude. Cette fin de parcours en Finlande est synonyme de plaisir. Finalement, c’est bien cela que tous les automobilistes recherchent. Pour cette ultime étape en Finlande, nous mettons de côté naturellement notre métier de journaliste automobile pour profiter de la « grandiose Finlande » aux paysages aussi variés que les routes sur lesquelles l’Ateca peut rouler grâce à sa forte polyvalence.

Avant ce voyage, nous étions clairement en attente de savoir ce que pouvait offrir, en termes de comportement et de plaisir, un SUV dit sportif sur un terrain aussi délicat, sur lequel peu d’acheteurs de SUV viendront rouler. Seat a mis la barre très haut au Nord en décidant d’organiser ce road trip. Résultat, l’Ateca 2.0 l TFSI 190 ch DSG7 4Drive FR s’est montré être plus qu’à la hauteur en relevant ce défi. Il sait tout faire, avec efficacité. Ses suspensions typées « Sport », comme toutes les Seat, sont fermes mais n’ont pas provoqué de désagréments en matière de confort ressenti. Bosse après bosse, courbe après courbe, elles ont aussi été l’un de ses autres points forts sur les routes sinueuses de Finlande. Son seul point faible serait son malus écologique (159 g/km de CO2 émis – 2 6 10 €). Facturé à partir de 35 120 €, il représente néanmoins une offre hyper attractive au rapport tarif/prestations de haut niveau en attendant un certain Ateca Cupra de 300 ch. Seat n’a pas fini de nous étonner… Après une soixantaine d’édition, seulement une dizaine de pilote non finlandais ont remporté le rallye WRC des mille lacs. Dans la catégorie des SUVs, l’Espagnol Ateca pourrait faire partie largement de ce cercle très fermé !

Texte : Frédéric Lagadec

Photos : Thomas K. de Chessé et Seat