Ford Fiesta ST : à l’essai au circuit Paul Ricard

La rentrée de LesVoitures.com est synonyme de sportivité. En marge des Dix Mille Tours du Castellet organisés par Peter Auto, nous avons pris le volant de la Ford Fiesta ST sur le circuit du Paul Ricard qui a accueilli, le 24 juin dernier, le retour du Grand Prix de France de Formule 1.

Ford aime la Provence. En avril dernier, nous étions déjà présents dans le sud de la France pour « apprivoiser » la dernière mouture de la Ford Mustang. En fin d’année dernière, c’est le massif de la Sainte-Victoire qui a offert un cadre aux lumières rasantes à la Fiesta Vignale. Du marron de l’automne au bleu de l’été, nous voici donc en piste sur le tracé varois avec la Ford Fiesta ST.

Dévoilée à l’occasion du salon de Genève 2017, la Ford Fiesta ST se distingue de ses « sœurs » par un kit carrosserie plus agressif au niveau des boucliers avant et arrière. Comparativement à la finition ST-Line, la Fiesta ST profite principalement de jantes de 18″ (ST Plus), d’une double sortie d’échappement et des deux lettres « ST » sous forme de logos. Aux côtés de la nouvelle Focus ST-Line, la citadine a fière allure dans le paddock du circuit Paul Ricard.

Lisse, compacte et très courte à l’arrière, la silhouette de la citadine sportive développée par Ford Performance se projette vers l’avant comme aucune de ses concurrentes. Egalement assez discrète visuellement, la Fiesta ST cache ainsi bien son jeu…

Celle qui est surnommée, en interne chez Ford de « Pocket Rocket », est proposée en deux variantes. La Fiesta ST Pack, « basique » en termes d’équipements, inclut le Pack Performance de série : différentiel à glissement limité Quaife et un système Lauch Control. Quant à la Fiesta ST Plus, elle intègre un maximum d’éléments de confort tandis que le Pack Performance figure dans la liste des options.

Avant d’attaquer les vibreurs du Paul Ricard, présentons rapidement l’habitacle de la Fiesta ST. Le constructeur américain est connu pour faire dans la simplicité mais, avouons que cette fois, la qualité perçue est de bon niveau. Equipé de superbes sièges Recaro, du pédalier en aluminium, du pommeau spécifique de commande de la boîte de vitesses, des inserts au rendu carbone et des surpiqûres, l’intérieur de la Ford Fiesta ST est au-dessus de la concurrence en matière de finition . A ce titre, les différents matériaux qui le composent et leurs assemblages sont au niveau d’une référence allemande : la Volkswagen Polo. Feu vert ! Place à l’essai piste.

La Ford Fiesta ST est motorisée par un 3-cylindres 1.5 l EcoBoost de 200 chevaux et 290 Nm de couple. Ford Performance ayant poussé la conception de cette « citadine énervée » à son maximum, elle dispose de trois modes de conduite : « Normal », « Sport » et « Track ».

Le mode « Sport » enclenché, ils ne nous a pas fallu attendre longtemps pour nous rendre compte du potentiel sportif de ce petit bloc. Les montées dans les tours sont clairement impressionnantes pour une si petite cylindrée. On grimpe vite en régime pour venir tutoyer le rupteur, là où, à 6 000 tr/min le moteur donne sa pleine puissance. Annoncée pour 232 km/h par Ford, c’est à plus de 220 km/h que nous débutons notre freinage avant d’aborder Signes ! Le pied sur la pédale du milieu, la petite sportive s’inscrit avec une facilité déconcertante dans la longue courbe. La direction directe et hyper-précise de la Fiesta ST aide à réaliser cet exercice. Le double droite du Beausset et les courbes rapides, puis lentes, avant la ligne droite des stands, font alors ressortir l’équilibre parfait de l’auto. A cet instant, on en oublierait presque que l’on est au volant d’une voiture destinée à la ville. Les suspensions fermes, un train avant agile et une monte pneumatique Michelin Pilot Super Sport à hautes performances d’adhérence jouent de concert pour coller la Fiesta ST à l’asphalte du Paul Ricard.

On prend alors instinctivement confiance à élever le rythme et, c’est dans ce contexte que le différentiel autobloquant joue les « chefs d’orchestre ». Le sytème assure, et nous rassure, nous permettant d’accélérer tôt en sortie de virage. Le levier de vitesse au maniement précis participe au plaisir sportif.

Après ces quelques tours « jouissifs », nos cerveaux de journalistes nous amènent à poser la question suivante : que donne en piste la Fiesta ST sans le différentiel autobloquant ? On passe alors d’un siège Recaro à un autre pour comparer. Pour faire simple, les étapes du pilotage doivent être très décomposées aux commandes de la Fiesta ST « démunie » du dispositif qui optimise la répartition du couple sur chacune des roues avant. On freine bien en ligne, on se concentre à suivre la trajectoire en virage la plus propre, et, surtout, on accélère les roues bien droites, donc plus tard, en sortie de virage.

Nous ne pouvions pas en rester sur autant de satisfaction ! Nous décidons alors de mettre la Ford Fiesta ST Pack au défi du col de l’Espigoulier. Dans les virages sinueux et autres épingles, la Fiesta Ford Performance, comme nous aimons la rebaptiser, est scotchée au bitume ! D’ultra précise et efficace en piste, elle devient hyper-dynamique tout en ressortant un tempérament joueur sécurisant grâce au différentiel autobloquant. Dans ce milieu naturel, nos oreilles découvrent la sonorité du petit 3-cylindres.

Doté d’une valve active, l’échappement de la Fiesta ST en mode « Sport » se fait entendre. De quoi marquer davantage le caractère du petit bolide. On aurait alors apprécié un volant plus petit pour encore plus de sensations. Mais ce dernier point est à mettre au rang des détails tant la Fiesta ST nous procure des sensations inédites pour ce type de voiture.

En chiffres, la Ford Fiesta ST réalise le 0 à 100 km/h en 6,5 s. Sur le plan des consommations, Ford annonce 6,0 l/100 en cycle mixte. Sur le plan du malus écologique , il est de 690 € (136 g/km de CO2 émis).

Ford nous a réservé une surprise « Youngtimer » en bonus ! Ainsi, nous avons essayé l’une des Focus RS les plus redoutables de sa lignée, à savoir la Mk1 produire à 4 001 exemplaires entre 2002 et 2003. Les quelques minutes passées à son volant nous ont rappelé l’expertise Ford en tant que motoriste ! Le turbo fait presque tout sur la berline compacte sportive tant il aide à la motricité. Certes, la direction n’est pas aussi précise que sur la moderne Fiesta ST mais on ressent bien la même volonté de proposer des trains roulants de haut niveau. Pour rappel, la Focus RS Mk1 développe 215 chevaux qui sont obtenus d’un 4-cylindres 2.0 l 16S suralimenté.

Pour conclure, à l’heure où les Peugeot 208 GTi et GTi by Peugeot Sport ne sont plus sur le marché, la Fiesta ST est a notre avis la référence à battre. « A battre » car les Volkswagen Polo GTI et Seat Ibiza TSI 150 FR ne peuvent rivaliser face au niveau d’efficacité atteint par la Ford Fiesta ST qui n’a pas d’égale sur piste ou en conduite sportive en-dehors. La Ford Fiesta ST, c’est aussi un tarif de seulement 23 200 € en configuration ST Pack. Niveau budget, la « Pocket Rocket » est une invitation à s’offrir des journées sur circuit. Ford à tout compris !

Texte et essai : Frédéric Lagadec

Photos : Ford et LesVoitures.com