Generic selectors
Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Peugeot 308 GT PureTech 225 EAT8 : référence optimisée, essai

 
    Publié le 6 février 2018

Au printemps 2018, la Peugeot 308 évoluera avec 3 nouveaux duos moteur/boîte. Les BlueHDi 130, PureTech 130 et PureTech 225 (308 GT) accueilleront ainsi la boîte de vitesses EAT8 intronisée sur le bloc diesel BlueHDi 180 à l’occasion du restylage de la compacte en juin 2017. Vous avez bien lu, le bloc 1.6 l de la 308 GT essence perd l’appellation THP et devient PureTech avec 20 chevaux supplémentaires. Cette version sportive et premium très évoluée est déjà à l’essai sur LesVoitures.com.

La Peugeot 308, nous la connaissons par cœur ! En 2015 et 2017 nous avons emmené sa version GTI by Peugeot Sport sur les Spéciales du Tour de Corse WRC (à voir ici en vidéo). Entre les mains du pilote de développement Peugeot Sport, Grégory Guilvert, la précédente version de la 308 GTi avait montré une nouvelle fois son efficacité.

Puis, en juin 2017, c’était au tour de la 308 GT 2.0 l BlueHDi 180 EAT8 de passer, en Autriche, par la case essai (à lire ici). Plus tard, la 308 GTi by Peugeot Sport restylée a réalisé le même exercice, cette fois sur le fabuleux circuit d’Ascari en Espagne en compagnie de la 308 Racing Cup. A lire sur : Peugeot 308 GTi & Racing Cup : réunion de famille sur le circuit d’Ascari.

Place aujourd’hui à l’essai de la Peugeot 308 GT PureTech 225 EAT8. Les essais cités auparavant vous permettant de tout savoir sur la berline, concentrons-nous donc sur nos impressions de conduite au volant de cette nouvelle déclinaison musclée et technologique. Pour « corser l’affaire », c’est sur les routes enneigées de la vallée de Chevreuse que la « féline » nous attendait.

Commençons par détailler les évolutions mécaniques apportées à la 308 GT motorisée par le 4-cylindres 1.6 l. Afin de faire grimper ce dernier à 225 chevaux, les ingénieurs de chez Peugeot ont revu son échangeur, greffé à son dispositif de suralimentation une nouvelle wastegate (régulateur de la pression du turbo) et retravaillé son échappement en lui ajoutant également un FAP (Filtre A Particules).

A ces opérations, s’ajoute une reprogrammation de la cartographie moteur. Au final, l’ex-THP génère désormais plus de puissance et de couple (+25 Nm) tout en répondant à la norme Euro 6c, grâce notamment au mode « Eco » intégré à la boîte automatique EAT8, d’où l’appellation PureTech affichée par cette 308 GT essence.

Mode « Eco », Mode « Drive » (normal) ? Inutile de vous préciser que c’est directement en mode « Sport » que nous avons débuté notre balade hivernale au plus profond des Yvelines. La photo ci-dessus est trompeuse ! Faisons alors abstraction du son artificiel « gênant » qui remplit alors l’habitacle de l’auto. Sauf que, nous tendons l’oreille… En effet, la nouvelle ligne d’échappement se fait naturellement entendre pour notre plus grand plaisir. Ces petites détonations offrent de petites sensations auditives réelles de caractère. Du caractère, la 308 GT PureTech 225 n’en manque pas, comme vous allez pouvoir le constater.

Les 225 ch sont disponibles à 5 500 tr/min et les 300 Nm à 1 900 tr/min. Au-delà de ces chiffres, l’allonge du 1.6 l PureTech 225 est impressionnante ! Surprise, à l’approche de la zone rouge, le moteur ne rechigne pas à l’effort bien au contraire. Tel un effet « boost », il se lâche pour atteindre jusqu’à 6 200 tr/min avant que l’intelligence de la EAT8 ne passe le rapport supérieur. Plus généreux, le 1.6 l PureTech 225 monte donc également plus haut dans les tours comparativement à l’ancien 1.6 l THP. Alors qu’un certain Elon Musk envoie un roadster Tesla rouge dans l’espace vers Mars quand, sur Terre, Peugeot pense beaucoup plus judicieusement aux êtres humains en leur faisant ressentir un vrai plaisir « rouge automobile » ! De plus, les passages des rapports se font d’une manière imperceptible ! C’est tout simplement bluffant car l’aiguille du compte-tours monte très rapidement. Au moment précis du changement de vitesse, elle ne bouge pas et repart de plus belle quelques millisecondes plus tard : GT + i ! Entre le mode « Drive » et le mode « Sport, la différence est de l’ordre de 300 ms au bénéfice du second bien sûr.

Les mains rivés sur la petit volant, la très dynamique 308 GT 2018 se joue alors de la très connue route des 17 tournants avec, en prime, quelques saines glissades. La qualité de son châssis n’est plus à prouver. Joueuse à souhait, même avec l’ECS connecté, la « lionne » s’engage dans les virages serrés avec une précision redoutable. A la relance et, en sortie de courbe, les optimisations citées auparavant amplifient son efficacité.

Le duo 1.6 l PureTech 225/EAT8 génère indéniablement un agrément de conduite de haut niveau. Aidée par l’arrivée du FAP, la 308 GT est homologuée pour seulement 133 g CO2/km émis soit un malus « ridicule » de 473 €. Les consommations sont également en baisse; de quoi respecter l’environnement comme celui historique de l’Abbaye des Vaux de Cernay. En termes de performances, cette très aboutie nouvelle 308 GT EAT8 réalise le 0 à 100 km/h en 7,4 s (7,5 s pour la 308 GT BVM6 actuelle) et peut atteindre 235 km/h. Sur le 0 à 1 000 m départ arrêté, la différence est plus frappante : 27,1 s pour la PureTech 225 contre 27,9 s pour la THP 205.

En conclusion, la Peugeot 308 GT PureTech EAT8 est à nos yeux la berline compacte parfaite ! Sportive et économique à l’usage, elle représente le compromis idéal entre plaisir et raison ! La mauvaise nouvelle, c’est qu’il faudra patienter jusqu’en avril 2018 pour pouvoir l’acquérir à un tarif qui débutera à 34 650 €.

Texte et essai  : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com