Generic selectors
Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Peugeot 508 GT PureTech 225 EAT8 : perfection automobile, essai

  Publié le 20 juin 2018 par

Quatre mois après sa révélation, le temps est enfin arrivé d’essayer la nouvelle Peugeot 508. Alors que le duo de choc composé des SUV 3008 et 5008 rencontre un succès retentissant en Europe, la marque au lion compte sur la berline au style de coupé pour dépasser les frontières de la France dans le but d’offrir une alternative aux stars du segment D telles que les Audi A5 Sportback et BMW Série 4 Gran Coupé. C’est dans la région du Cap d’Ail que nous avons pris le volant de la Peugeot 508 GT PureTech EAT8.

Basée sur la plate-forme EMP2, la Peugeot 508 2018 « envoie au musée » la précédente génération de la berline. D’une longueur de 4,75 m de longueur, elle est 8 cm plus courte que l’ancien modèle. Le nouveau fer de lance Peugeot est également plus bas de 6 cm (1,40 m) et moins large de 2 cm (1,84 m). Beaucoup plus compacte, la 508 berline dispose également d’un empattement réduit de 2,79 m (-2,4 cm). Trêve de dimensions, la 508 c’est surtout, et plus que jamais, un design soigné d’une sportivité impressionnante. La prestigieuse villa Ephrussi-de-Rothschild lui offre un écrin historique haut en couleur.

Le bureau de Style Peugeot, connu sous le nom d’Automotive Design Network (ADN), a toujours livré des concept-cars racés que l’on rêverait de voir évoluer sur nos routes. La nouvelle berline haut de gamme française peut alors être considérée comme une « vision de série ». Lors de notre découverte en studio de la Peugeot 508, cette face avant au rendu agressif nous a littéralement sauté aux yeux.

Elle reprend à l’avant les griffes lumineuses du Peugeot Instinct Concept (salon de Genève 2017) ainsi que le design de ses optiques. Ces dernières sont encastrées sous le capot plongeant et les formes musclées du bouclier. La calandre apparaît presque comme minuscule. Mais ses damiers brillants ajoutent de l’élégance et équilibre l’ensemble car les creux très marqués du capot sont un autre trait de caractère de « l’extrême 508 ». Pour faire honneur à l’histoire, la typographie du logo de la Peugeot 504 a été repris sur son héritière 508.

De profil, c’est  l’essence même du projet des équipes de Gilles Vidal (directeur du style Peugeot) qui ressort. Elancée, la Peugeot 508 parait presque déjà en mouvement à l’arrêt ! L’absence de cadre pour les grandes surfaces vitrées latérales aident à générer un rendu très dynamique. Les galbes des ailes arrière aux cassures creusées révèlent un travail important réalisé sur les moindres détails. Le toit très bas et plongeant étant évidemment l’un des éléments visuels séduisant de cette très réussie création automobile, comme les jantes en alliage 19″ « Augusta » bi-ton diamantées (option : 570 €) de notre sulfureuse 508 GT « Rouge Ultimate » (option : 920 €).

Quant à l’arrière de la Peugeot 508, c’est, comme pour l’avant, du grand art. La malle de taille très réduite laisse « fuir » des feux en relief à l’expression ultra-moderne et sportive. La bande noire qui les lie apporte une incroyable finesse à cette partie soulignée par un bouclier proéminent. La 508 GT PureTech EAT8 profite aussi d’une double sortie d’échappement.

Précédemment, nous avons évoqué notre reportage en studio au sujet du design de la 508. Dans un environnement naturel, il est encore plus spectaculaire. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’on fait ce fier constat pour une voiture française car, lors du Tour Auto 2018, deux Peugeot 508 nous ont accompagnés.

Une fois la porte conducteur ouverte, on accède à un environnement en partie déjà connu. L’habitacle de la Peugeot 508 reprend en effet une atmosphère inaugurée sur le SUV 3008 exceptée la position de conduite est, pour notre plus grand plaisir, très basse. A ce titre, on est clairement dans un coupé plus que dans une berline. Pour continuer sur la comparaison avec l’intérieur du SUV Peugeot, celui de la berline 508 est tout aussi chargé mais beaucoup mieux fini. Que ce soit au niveau des choix des matériaux et de leurs agencements, le progrès est notable d’autant plus que la finition GT apporte une touche raffinée de bois.

L’i-cockpit Peugeot n’a jamais porté aussi bien son nom. Légèrement orienté vers le conducteur, il intègre sur la 508 GT un premier écran d’une taille de 10″. Il inclut l’instrumentation digitale et le fameux petit volant. N’oublions pas de mentionner des sièges à l’assise enveloppante.

Pour les passagers arrière, on aurait pu craindre une accessibilité difficile et un manque d’espace, la faute au toit très incliné : il n’en est rien car, on y accède assez facilement. Malgré un manque d’espace au niveau de la tête, il n’y a rien à reprocher aux places arrière pour l’accueil de deux personnes. Le toit panoramique (option : 1 300 €) nous semble en revanche indispensable afin de bénéficier d’un maximum de lumière.

La Peugeot 508 n’en oublie pas d’être une vraie voiture familiale grâce aux nombreux rangements qu’elle propose. C’est une excellente surprise que l’on attendait pas. En termes de volume de chargement, la Peugeot 508 est dans la norme actuelle avec 487 l. La banquette rabattable (60/40) est un gage de gain de chargement maximal jusqu’à 1 537 l.

On y est, place à l’essai routier. En maître de la tenue de route et en expert de l’agilité, Peugeot se devait de rendre une copie parfaite avec la Peugeot 508. Qu’en est-il ? Aucun suspense, à la lecture du titre de cet essai, vous avez immédiatement compris que la Peugeot 508 GT PureTech 225 EAT8 est exceptionnelle à tous les niveaux. Nous nous devons bien sûr d’étayer nos propos…

Jean-Pierre Nicolas nous avait prévenus lors du Tour Auto 2018 en nous confiant que « la Peugeot 508 est un fer à repasser », comprendre que sa tenue de route est d’une efficacité redoutable. Pour l’anecdote, c’est d’ailleurs sur des portions empruntées en avril dernier sur le rallye que nous avons eu le bonheur d’avoir entre nos mains cette 508 GT. La berline « colle » ainsi au bitume comme jamais avec une agilité qui se rapproche de celle d’une autre référence : la Peugeot 308. C’est tellement bluffant que l’on ne ressent pas du tout les 1 420 kilos (à vide) de l’Auto. Le mode « Sport » amplifie ce phénomène. Le train avant de la berline est, à ce titre, d’une légèreté impressionnante. Ferme sans être trop rigide, la sportive 508 dispose d’un équilibre d’amortissement optimal.

Le savant paramétrage de la direction permet d’inscrire la 508 avec précision dans les courbes sans perdre un confort de conduite indispensable à ce type de voiture. Les suspensions pilotées travaillent alors pour offrir un comportement de très haut niveau que l’on peut qualifier de jamais ressenti sur le segment D. Ce n’est pas un hasard de vocabulaire d’avoir utilisé « ressenti » ! Au volant de la Peugeot 508 GT PureTech 225 les sensations sont décuplées grâce à une position de conduite basse et le petit volant. Lorsque l’asphalte devient plus cassant, la berceau filtré qui équipe la berline fait des merveilles. Les grandes jantes de 19″ optionnelles auraient pu fortement nuire au confort mais il n’en est rien. Les Michelin Pilot Sport qui les équipent sont une autre référence en matière de grip !

Du côté du « petit » 4-cylindres 1.6 l, les 225 chevaux qu’il développe à 5 500 tr/min suffisent amplement à emmener la berline sportive pour la simple et bonne raison que le duo qu’il forme avec la boîte de vitesses EAT8 est d’une souplesse d’utilisation remarquable. Comme sur la Peugeot 308 GT PureTech 225 EAT8, les changements de rapports se font à une vitesse folle. Parallèlement, le PureTech 225 grimpe dans les tours sans rechigner à la tâche. Son couple est de 300 Nm (à 2 500 tr/min).

L’envie d’accélérer le rythme est alors irrésistible. On prend à cet instant encore plus conscience de l’expertise des ingènieurs de chez Peugeot. Impossible à prendre en défaut, la Peugeot 508 GT PureTech 225 dispose néanmoins d’un ESP aux interventions aussi efficaces que douces. Sans « freiner » le plaisir d’une conduite sportive, il se déclenche très tard, un must pour une berline familiale !

Sur le plan des performances, la Peugeot 508 GT PureTech 225 EAT8 réalise le 0 à 100 km/h en 7,3 s pour une vitesse maximale de 250 km/h. Puisqu’il faut bien évoquer d’autres chiffres, ceux des consommations, ils sont plutôt contenus : 7,5 l/ 100 km en ville, 4,7 l/100 km en cycle extra-urbain et 5,7 l/ 100 km en cycle mixte. Les émissions de CO2 sont de 131 g/km (malus : 353 €). C’est sans aucune passion que nous écrivons ces dernières lignes pour la simple et bonne raison que ce qui nous intéresse au plus au point c’est la réelle passion de l’automobile plaisir que l’on ressent à chaque kilomètre avalé au volant de la Peugeot 508 GT. Croyez-nous, ceux qui ont développé ce bijou d’automobile sont sans nul doute de très grands passionnés de performances.

Pour conclure, Peugeot fait très fort avec cette fantastique Peugeot 508 GT. Avec son design racé, son châssis perfectionné et ses trains roulants ultra-efficaces, la 508 GT se positionne, sans aucun chauvinisme, comme la nouvelle référence du segment D : France : 1 / Allemagne : 0 ! Seul le tarif de base de 46 000 € de cette « perfection automobile » pourrait ralentir le désir d’achat (pour les tarifs des autres versions cliquez ici).

Mais, pour s’offrir la meilleure voiture française, cela semble finalement raisonnable. Une dernière chose : Peugeot devrait prochainement révéler une évolution du 1.6 l PureTech proche de 300 chevaux probablement en version hybride à transmission intégrale. On a hâte !

Texte et essai : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com