Mazda MX-5 : le « funtastique » roadster à l’essai !

[dropcap style= »style4″]I[/dropcap]l était une fois le Mazda MX-5 ou l’histoire du roadster le plus vendu au monde. Lancé en 1989, celui qui porte les dénominations Miata aux USA et Eunos au Japon est enfin disponible en concession depuis le 15 octobre dans sa 4ème génération (code ND). Enfin, car le nouveau MX-5 a été dévoilé en octobre 2014 avant que sa fiche technique apparaisse  au salon de Genève 2015. Il est donc grand temps d’essayer ce roadster…

En 18 mois, Mazda a renouvelé toute sa gamme. Pour finir en beauté, c’est donc le « trublion MX-5 » qui fait l’actualité de la marque japonaise en cette fin d’année. Et en 2016, ce roadster à succès fêtera le millionième exemplaire produit. L’arrivée du Mazda MX-5 sur le marché est d’autant plus intéressante que le contexte économique actuel pousse les constructeurs automobiles à abandonner les « voitures plaisirs » pour mieux se concentrer sur les segments porteurs que sont les crossovers, SUVs ou berlines compactes. Pour exemple, Peugeot en a terminé avec le coupé RCZ et les roadster et coupé MINI ne seront pas renouvelés. En effet, seule la MINI cabriolet a été dévoilée récemment.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-9

Visuellement, la MX-5 2015 fait dans la continuité en matière de silhouette pour le bonheur de ses fans et se modernise grâce au style agressif et dynamique que représente le KODO qui, rappelons-le, est basé sur l’esprit d’un animal en mouvement. Avec 3,91 m de longueur, le MX-5 2015 rend 10 cm à la précédente version (NC) et devient le modèle le plus court de son histoire. La toute première version (NA), en photo ci-dessous aux côtés du nouveau MX5, n’affichait que 3,98 m de long.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-19

Au premier regard, la bouille du MX-5 fait sensation ! Les designers japonais ont réussi à donner du caractère à la « bombinette sans toit » avec beaucoup d’homogénéité. Sa calandre est hyper basse, et sa poupe plonge beaucoup plus que les précédentes générations. Ajoutez à cela deux phares avant au dessin effilé, un capot galbé jusqu’aux ailes et vous obtiendrez un avant qui dégage un caractère assumé.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-31

Ce dernier pourrait être défini comme espiègle et joueur, comme pour narguer la concurrence qui n’a pas de voiture comparable à proposer à ce jour, on adore ! Les flancs du nouveau MX-5 respectent quant à eux la philosophie esthétique simpliste qui a aidé à la « success story » de la voiture.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-5

A l’arrière, les lignes du capot et du bouclier se projettent vers le sol et accentuent ainsi la sportivité intrinsèque du petit bolide dont les optiques arrière nous rappellent un peu ceux de la Jaguar F-TYPE de par leur implantation et leur forme. A noter que les jantes 17″ Bright Dark sont uniquement disponibles sur le MX-5 2.0L SKYACTIV-G 160 ch dont l’unique niveau de finition (le plus élevé) est le Sélection. Le MX-5 1.5L SKYACTIV-G 131 ch est proposé au choix en trois lignes : Élégance, Dynamique et Sélection.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-7

Une fois au volant du « roadster star », il suffit de quelques secondes pour retirer la capote. Cette manipulation ravira les fans de la MX-5, c’est simple et efficace. L’habitacle de l’auto a été particulièrement soigné et même si les ingénieurs de chez Mazda ont dû faire des efforts pour alléger le poids du roadster, rien ne manque. L’ambiance intérieure est sobre et sérieuse et la position de conduite est parfaite. Comme pour tous ses modèles, Mazda propose un maximum d’équipements dès le premier niveau de finition Elégance. 

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-16

Cette dotation hyper généreuse inclut, entre autres, la climatisation manuelle, le régulateur et le limiteur de vitesse, le bluetooth et le système multimédia MZD Connect (six haut-parleurs, écran couleur 7″. Nous avons apprécié la dose de cuir intelligemment située sur le volant, le pommeau de commande de la boîte de vitesses et le levier de frein à main.

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-15

Le niveau Dynamique reçoit en supplément des sièges en cuir et chauffants, la navigation et la climatisation automatique. Quant à la finition haut de gamme Sélection, elle propose principalement le dispositif d’alerte de véhicule en approche (RVM), la reconnaissance active d’obstacles mobiles en marche arrière (RCTA), la gestion automatique des feux de route (HBCS), les phares directionnels adaptatifs (AFLS), de superbes sièges Recaro et le système audio Bose (9 haut-parleurs).

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-32

Nous y sommes, lors de notre voyage dans le Sud nous avons eu le plaisir d’essayer les deux configurations possibles du nouveau MX-5 ND. Confortablement installés dans le 1.5L SKYACTIV-G 131 ch, nous profitons immédiatement de l’excellente commande de boîte, ferme et précise. Et lorsque l’on appuie un peu sur la pédale de droite, un son rauque des plus enivrant se fait entendre ! Sur des routes serpentées et parfois sinueuses, le MX-5 131 ch se joue de tout ! Joueur et sain à la fois, le comportement du roadster procure un fantastique plaisir ! Les 100 kilos gagnés, comparativement à la version précédente, offrent un maximum d’agilité au roadster qui affiche 975 kilos sur la balance. Le bonheur de conduire une telle propulsion cheveux au vent est total ! La plage d’utilisation du moteur très linéaire permet de s’amuser en toute sécurité car le ressenti du décrochage de l’arrière arrive progressivement. L’ESP est alors discrètement présent et laisse la place, répétons-le encore, à un max de sensations ! Une fois retiré, c’est fun à souhait !

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-3

Le couple faible de 150 Nm est suffisant car il est disponible à 90 % de 2 000 à 6 000 tr/min. Il atteint son apogée à 4 800 tr/min. Quant aux performances du MX-5 1.5L SKYACTIV-G 131 ch, elles sont 8,3 s pour le 0 à 100 km/h et 204 km/h en pointe. Les consommations sont aussi étonnantes que les sensations au volant : 7,9 l/100 km (cycle urbain), 6 l/100 km (cycle mixte) et 4,9 l/100 km (sur autoroute). Sur ce dernier type de trajet, le MX-5 de 131 ch ne souffre pas de son petit moteur et ses suspensions font des merveilles ! Du côté des émissions de CO2, la version 1.5 l de 131 ch n’est impactée que de 250 € de malus (139 g/km de CO2 émis).

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-12

Place au MX-5 2.0L SKYACTIV-G 160 ch. Au programme de cette configuration du roadster des suspensions sport Bilstein, le différentiel à glissement limité sans oublier le système i-Eloop (récupération d’énergie au freinage) et le Stop & Start. Au-delà d’une puissance accrue, les deux premières technologies citées font évoluer considérablement le comportement de la voiture. Ainsi, il est impossible de prendre en défaut sa tenue de route même avec l’ESP déconnecté, impressionnant ! Seuls un asphalte humide ou un revêtement gravillonné concèdent une glisse du train arrière dont les roues sont cette fois en 17″. La monte pneumatique de dimensions 205/45 R17 aide fortement à se gain d’efficacité. Le moteur répond amplement à tous les besoins sur autoroute ou en sortie d’épingle. Ses 200 Nm sont disponibles à 4 600 tr/mn et on peut le considérer comme un moteur « plein ».

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-17

La boite de vitesses est toujours aussi efficace que le modèle 1.5 l. En revanche, la sonorité du 2.0 l est beaucoup moins présente et rageuse que le 1.5 l. Résultat : le confort est optimal au volant de ce MX-5 légèrement aseptisé. Son poids grimpe un peu, à 1 015 kilos et les performances sont au rendez-vous : 7,3 secondes de 0 à 100 km/h, 214 km/h de « V max ». Le point noir est à mettre à l’actif des émissions de CO2 : 154 g/km soit 1 600 € de malus. Enfin les consommations du MX-5 2.0L SKYACTIV-G 160 ch restent contenues : 8,7 l/100 km (cycle urbain), 6,6 l/100 km (cycle mixte) et 5,4 l/100 km (sur autoroute).

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-18

Plaisir, sensations, comportement sans failles, le MX-5 est une réussite. Notre choix, vous l’aurez compris se porte sur le 1.5L SKYACTIV-G 131 ch car en matière de rapport prix/plaisir, il n’y a pas mieux aujourd »hui sur le marché automobile. Il devrait tout naturellement représenter la majorité des ventes.  A nos yeux, le MX-5 2.0L SKYACTIV-G 160 ch s’adresse à une clientèle en recherche, certes de réjouissance au volant, mais de plus d’agréments de conduite et de confort. Osons définir cette version de « mini GT cabriolet » ! Les tarifs du Mazda MX-5 débutent à 24 800 € (1.5L SKYACTIV-G 131 ch Elégance). Nos trois modèles d’essais, 1.5L SKYACTIV-G 131 ch Dynamique Artic White, 2.0L SKYACTIV-G 160 ch Sélection Grey métallisé et 1.5L SKYACTIV-G 131 ch Sélection Soul Red métalisé, s’affichent respectivement à partir de 26 900 €, 32 050 € et 29 650 €. Un pack aéro optionnel est disponible en concession à 2 000 € (à retrouver à travers les dernières photos de cet essai). Maintenant que vous savez tout sur le fabuleux MX-5, il n’y a plus qu’à trouver le temps de le conduire le plus souvent possible ! Mazda a pensé à tout et répond en vidéo… Retrouvez d’autres photos de notre essai après avoir découvert « the reason to drive »…

Essai et photos : Frédéric Lagadec

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-2

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-11

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-33

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-13

essai-test-drive-mazda-mx5-miata -14

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-20

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-21

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-8

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-35

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-6

essai-test-drive-mazda-mx5-miata

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-10

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-34

essai-test-drive-mazda-mx5-miata-36