Porsche 718 Boxster GTS : essai à l’italienne avec le Chef Simone Zanoni

Qui a dit que les Italiens préféraient les Italiennes ? C’est un véritable essai « Art de Vivre à l’italienne » que nous vous proposons de découvrir grâce à notre voyage en Sardaigne. Sur la terre des centenaires et du savoir-faire, à bord de la Porsche 718 Boxster GTS (Grand Tourisme Sport), Simone Zanoni, le talentueux Chef étoilé du restaurant Le Georges, situé à Paris, nous dévoile son amour pour les sportives allemandes.

L’Italie a été un symbole de la philosophie Porsche lors de nombreux rallyes. Nous avons choisi l’île de la Sardaigne, contrairement à sa voisine, l’île de beauté, car cette perle de la mer Méditerranée est une destination encore peu inondée par le tourisme. Sauvage, la Sardaigne représente donc un terrain d’essai parfait pour la Porsche 718 Boxster GTS et la Porsche Cayman S pour notre invité d’origine du nord de l’Italie, le Chef étoilé Simone Zanoni.

Simone opère au restaurant Le George, à deux pas des Champs Elysées, dans la cuisine réputée du Four Seasons Hôtel George V. Cet écrin détient une impressionnante collection d’art et trois restaurants étoilés au Guide Michelin 2017. Construit en 1928, son style Art Déco résonne dans toute la capitale et au-delà de nos frontières.

Remontons d’abord le temps, Porsche, rappelons-le, fête ses 70 ans cette année. Dans les années 50, la Porsche 550 RS Spyder donne le ton des courses d’endurance telles la Targa Florio en Sicile. En 1956, Umberto Maglioli gagne la Targa Florio sur une 550 A, et en 1969,  G. Mitter et U. Schütz inscrivent un record pour la marque allemande avec 11 victoires finales, ceci entre 1956 et 1973. Puis, les pilotes finlandais Henri Toivonen et Juha Piironen prennent le relais pour remporter d’autres trophées historiques notamment lors du rallye de la Costa Smeralda en Sardaigne. Cette fois, c’est la Porsche 911 SC/RS 3.0 l Coupé qui marque l’histoire du Sport Auto en Italie et ailleurs. En 1964, la 904 Carrera GTS s’impose sur la Targa Florio. Sa vitesse pouvait atteindre à l’époque 263 km/h et son piloté était, pour l’époque, l’un des plus « confortable », déjà…

Aujourd’hui, cet état d’esprit s’applique à la gamme Porsche 718. Avec ou sans toit, les 718 Boxster et 718 Cayman allient la performance à polyvalence, sans oublier le savoir-faire allemand pour intégrer des technologies issues du Sport Auto sur ces voitures de série. Pour exemple, la 911 Carrera GTS est positionnée entre la 911 GT3 de course et la 911 Carrera S. Concernant sa « sa petite sœur », elle se situe, avec un châssis légèrement plus affûté, entre la Cayman Type 981 GT4 et la 718 Cayman S. Si le Chef Simone Zanoni excelle dans sa discipline pour nous apporter une expérience gastronomique, Porsche sait nous offrir l’inspiration de la compétition grâce à son ADN.

Rappelons également qu’il y a maintenant deux ans, les Cayman et Boxster ont changé de nom. Désormais, elles affichent « 718 ». Cette nouvelle dénomination est synonyme d’un changement mécanique pour accueillir les 4-cylindres contrairement aux modèles 911 GTS Type 991 GTS qui conserve le 6-cylindres à plat. Malgré l’abandon du flat-6 sur notre version, la gamme bénéficie de meilleures performances. La suralimentation y étant pour beaucoup.

Nous prenons alors, cheveux au vent, le volant d’une Porsche 718 Boxster à la teinte « Yellow Racing » comme pour narguer le rouge du « cheval cabré Ferrari ». La position de conduite est parfaite, le logo GTS, sous nos yeux, intégré au compte-tours central. Notre 718 Boxster dispose, de série, d’une longue liste d’équipements très sportifs, du Pack Sport Chrono, jusqu’aux jantes 20″ noires satinées, en passant par une sellerie et un volant en Alcantara, sans oublier l’amortissement piloté, l’échappement sport, la commande des modes de conduites sur le volant à l’identique de  sa grande la 911. Nous nous sommes empressés de tester le mode Sport pour jouir l’effet GT4 de la 718 Boxster GTS.

En direction de Sorgono, par Costa Rei sur la côte sud-est de la Sardaigne, une pause gastronomique s’impose pour rencontrer des producteurs locaux dans une très secrète bergerie familial. Des montagnes âpres et des vallées sauvages, des monts couverts de forêts de chênes lièges, parsèment des blocs granitiques. Nous sommes au cœur de la Sardaigne aussi intemporelle qu’éternelle. Riche de routes sinueuses dès la région de Muravera, cela ne nous empêche pas de rallier en un temps record notre rendez-vous, de quoi faire s’exclamer le Chef Simone Zanoni : « Mamamia ! ». Nous prenons alors un plaisir intense grâce aux performances de la 718 Boxster GTS. Sa direction hyper-précise nous offre des sensation de prises de trajectoires dignes des circuits et des rallyes. On place où l’on veut le bolide jaune dans ce décor toujours aussi sauvage. La boîte de vitesses robotisée à double embrayage PDK fait alors des merveilles. Nous avons également eu  le plaisir d’essayer la Porsche Cayman GTS en boîte mécanique. Le levier de vitesses en main, cet « outil »  représente pour beaucoup un plaisir sportif à l’état pur.

Face aux sourires de ses rares habitants assis sur le banc d’un village, canne à la main, à la réputation de grande santé les amenant à devenir centenaire en toute sagesse, nous réalisons que, oui, les Italiens vivant en Sardaigne Sardes aiment l’automobile et nous le font ressentir. Nous arrivons à la Bastiano Marianna, un lieu magique où se mêle tradition et gastronomie à l’ancienne de façon familiale. Ici le temps s’écoule lentement. Ainsi, la patience et le savoir-faire sont d’autres éléments qui font la réputation de ses îles méditerranéennes.

Assis sous un bosquet d’oliviers centenaires, parmi des buissons de lentisques, de myrtes et d’arbousiers, la Mama nous prépare les traditionnelles pâtes à la main, tandis que ses fils cuisinent le cochon grillé tournant à la broche depuis plusieurs heures en affûtant leur couteau… Un Sarde tourne une drôle de texture dans un long bol entouré de glaçons salés afin que la matière ne fonde pas. Quelle est donc cette préparation si étrange ? Notre hôte nous prépare une glace au citron à l’ancienne, un véritable délice de saveur couleur Porsche ! Nous pensons alors gagner quelques heures de vie ! Une façon pour le Chef Simone Zanoni de se ressourcer et de se rappeler cette glace au goût si authentique. C’est l’une des premières traditions qu’il aura appris auprès de sa grand-mère en Italie. Grâce à son héritage de savoir-faire familiale, le chef obtient une étoile pour le George en février 2017.

Une question nous  brûlait les lèvres : « Chef, quel plat pourrait ressembler à notre monture ? »

« Si je dois comparer cette voiture à un plat, je dirais : spaghetti pomodoro, très facile à voir, très linéaire, très compliqué à concevoir, très souple, avec un peu de piment, d’un plat léger délicat et fin, ça devient un plat Picanté, comme on dit chez moi ! »

Entre la passion de la haute gastronomie et de l’automobile d’exception, le chef Simone Zanoni a fait son choix, à savoir « piloter » une Porsche au quotidien pour se rendre à son potager à Versailles en Panamera 4 E-Hybrid. Le chef sait définitivement allier tradition et avant-gardisme culinaire pour ravir ses fidèles clients et en conquérir de nouveau telle une noble compétition.

En Sardaigne, le constat a été pour nous évident. Porsche, c’est l’histoire d’un équilibre parfait de performance comme la belle cuisine italienne, une harmonie exquise entre les « ingrédients mécaniques et technologiques ». Si l’épicurien est conquis, il ne vous reste qu’à prendre la route en 718 Boxster GTS.

Texte : Thomas de Chessé

Photos : LesVoitures.com et Porsche