Alpine A110 : en piste pour une rencontre historique

Le nom « Alpine » résonne dans les têtes des passionnés de Sport Auto comme la mythique berlinette A110 produite entre 1962 et 1977. A l’initiative du groupe Schumacher, nous vous proposons une rencontre entre la nouvelle sportive Alpine A110 et un modèle qui a participé à la légende automobile française.

Souvenez-vous, tout a commencé au Grand Prix de Monaco 2012 lors de l’apparition du concept-car Alpine sur le circuit monégasque, à quelques kilomètres des Spéciales du Monte-Carlo, là où la l’A110 originelle a remporté de nombreuses victoires. Puis, après d’autres concepts, visions et de très (ou trop nombreux) teasers, la nouvelle sportive Alpine A110 était enfin née. Dévoilée à l’occasion du salon de Genève 2017, il nous a donc fallu attendre plus d’un an avant d’en prendre le volant.

Il y a quelques jours, au circuit de l’Ouest Parisien à Dreux, une autre Alpine nous attendait et pas n’importe laquelle. En effet, l’exemplaire qui brille en photos sous vos yeux est sortie de l’usine de Dieppe en juin 1971. Jusqu’ici rien d’exceptionnel, mais cette version 1600 VC (Véhicule Compétition) a été la propriété de Ove Andersson. Le pilote suédois l’a pilotée à de nombreuses reprises en compétition officielle. Un courrier daté de 1990 indique que « ce véhicule a servi de mulet 1600 mixte au service compétition et livré à Monsieur Andersson le 6 juin 1971. »

En décembre 1971, cette fantastique sportive A110 d’antan a été utilisée en tant que voiture de reconnaissance pour le Monte-Carlo. Cette année-là, Ove Andersson remporte, entre autres, le rallye de Monte-Carlo et offre à Alpine le titre mondial. Sur le circuit de Dreux, c’est un pan de l’histoire de la marque française qui évolue aux côtés de la version moderne.

Quant à la sportive Alpine A110 de dernière génération, elle était donc très attendue. On imagine alors très bien la pression portée par les ingénieurs en charge de son développement. 40 ans après l’arrêt de sa production, la berlinette 2017 se devait de répondre à une exigence synonyme de plaisir et d’efficacité. Le challenge à relever était très ambitieux. L’Alpine A110 2017 est-elle donc la digne héritière de l’incontournable star des années 70 ? Les quelques tours passés à ses commandes en piste nous ont permis de répondre à cette question.

Sinueux, exigeant, le circuit routier de Dreux représente un terrain d’essai parfait pour jauger l’Alpine A110. D’éloges en éloges, nos confrères et autres spécialistes automobiles vantent celle que l’on peut considérer comme l’unique sportive française. A notre tour, il nous a fallu à peine trois tours pour comprendre pourquoi.

Au-delà de son design réussi malgré un souci de proposer une aérodynamique de haut niveau sans trop d’appendices et surtout d’aileron arrière, la sportive A110 est à nos yeux un « jouet exceptionnel » pour la simple  et bonne raison que l’on fait littéralement corps avec elle. Ainsi, elle se pilote avec une facilité déconcertante, tant elle est précise sur son train avant et légère. Le poids, c’est bien sur ce point que les 1 080 kilos de sa structure en aluminium font mouche ! Agile, l’Alpine A100 est également parfaitement équilibrée.

La position centrale arrière de son moteur en est l’exemple principal. Les 262 chevaux et 320 Nm de couple du 4-cylindres 1.8 l turbo à injection directe sont alors largement suffisants pour offrir des sensations de plaisir assez incroyables. Rappelons que ce moteur en développe 280 sur la Mégane R.S. et 300 sur la Mégane R.S. Trophy. Le châssis de l’auto révèle également des capacités de changements de cap rares pour une française. Ce n’est pas Nelson Panciatici, le pilote français présent avec nous à Dreux qui dira le contraire.

Ce qui frappe le plus au volant de la sportive Alpine A110, c’est l’ensemble des informations qu’elle remonte à son pilote, d’où l’expression utilisée de « faire corps avec elle. On oublie ainsi un intérieur qui aurait mérité un meilleur traitement. Les palettes en main pour gérer le passage des 7 rapports de la boîte de vitesses DCT double embrayage, tout semble facile à chaque attaque des vibreurs du circuit de Dreux. « Facile » sans perdre la notion de plaisir. C’est sur ce point que la nouvelle Alpine est une voiture d’exception. En chiffres, l’Alpine A110 2017, c’est aussi un 0 à 100 km/h abattu en 4,5 s et une vitesse maximale de 250 km/h.

Du côté des tarifs, l’Alpine A110 Pure s’affiche à partir de 54 700 € et l’A110 Légende démarre à 58 500 €. Dans cet ordre de prix, on trouve, à l’opposé de la berlinette, la Ford Mustang GT dont le prix d’entrée est de 47 900 €. N’oublions surtout pas de citer les concurrentes directes de l’Alpine A110 2017, à savoir la Porsche 718 Cayman et l’Alfa Romeo 4C. Quoi qu’il en soit, la marque du groupe Renault peut de nouveau porter fièrement le drapeau bleu-blanc-rouge. Enfin, en marge de notre essai, le groupe Schumacher a inauguré un nouveau centre Alpine à Mantes-la-Ville.

Texte : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com et Alpine