Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Nissan X-Trail : légère mutation à fort potentiel, essai…

 
 
    Publié le 16 août 2017

Après le Qashqai, au tour de l’X-Trail de passer par la case restylage. Ce grand SUV 7 places, présenté par Nissan comme membre à part entière de sa famille crossover, s’est écoulé à plus de 700 000 unités à travers le monde en 2016, ce qui en fait le N°1 mondial. Depuis le 1er janvier et, à l’échelle de l’Hexagone, près de 6 000 exemplaires ont été vendus. Découvrons ensemble l’X-Trail millésime 2017 à travers l’essai de la version dCi 177 4WD Tekna à boîte manuelle…

Le X-Trail est l’un des tout premiers SUV a avoir proposé 7 places. A ce titre, il a remplacé au sein du catalogue Nissan le Qashqai +2 à l’aube de sa 3ème génération en 2014. Ce « best seller » du segment des SUV familiaux doit aujourd’hui résister à une déferlante de concurrents représentée principalement par les Peugeot 5008 et Škoda Kodiaq.

Le style à succès du X-Trail évolue en douceur pour gagner encore plus en robustesse et dégager une modernité indispensable au marché moderne des SUV. Ainsi, l’énorme calandre en « V » prend du volume tout en étant désormais souligné par un élément chromé, également en « V », qui intègre le bouclier et vient épouser les optiques. Ces dernières ayant été revues avec une signature lumineuse full LED (de série sur Tekna) en forme de boomerang, marque de fabrique chère au constructeur japonais.

D’une lettre à une autre, la « gueule » du SUV se déploie en « X » et lui donne donc un look affirmé. Le bureau du style Nissan offre également plus agressivité à l’X-Trail à travers les extrémités de son bouclier avant. Beaucoup plus acérées que sur la précédente version, elles accueillent dorénavant des antibrouillards rectangulaires (ronds auparavant).

Les flancs de l’X-Trail ont fait l’objet de légères retouches brillantes, au sens propre et figuré. En effet, ils laissent apparaître des baguettes de protection inédites chromées. A cela s’ajoute une nouvelle gamme de jantes : 17  » pour les finitions Visia et Acenta, 18″ en N-Connecta et 19″ sur la finition Tekna. Les propriétaires du Nissan X-Trail actuel auront sûrement remarqué que l’antenne radio disparaît au profit d’un petit « aileron de requin » (avec le NissanConnect).

A l’arrière, le bouclier du SUV a légèrement été redessiné dans sa partie basse. Plus longiligne, sa protection intègre du chrome. Les feux arrière sont enfin à la hauteur de l’X-Trail. En effet, nous avions critiqué leur rendu blanc et transparent « trop japonais » du précédent modèle. Les stylistes de chez Nissan nous auraient-ils lu ? La signature lumineuse arrière de l’X-Trail 2017 est enfin réussie, simple et contemporaine.

A noter que le gabarit du SUV prend quelques centimètres au niveau de sa longueur. Il est plus long de 50 mm pour atteindre 4,69 m. Sa largeur, sa hauteur et son empattement restent à l’identique avec respectivement 1,83 m, 1,71 m et 2,705 m, comparativement au modèle précédent. Pour être tout à fait complet sur les évolutions esthétiques apportées au SUV, précisons que quatre nouvelles teintes seront disponibles, au choix, en complément de celles existantes : Red PearlBlue Pearl Metallic, Dark Brown Pearl et Orange Pearl.

L’habitacle de l’X-Trail progresse en douceur. A l’instar du Qashai, il reçoit le tout nouveau volant à méplat dont le moyeu est plus petit. D’autres modifications apportent un côté plus haut de gamme au SUV. Parmi elles, on remarquera que les zones de contact telles que les contre-portes ou celle situées en bas, sur la console centrale, ne sont plus en plastique dur mais en matière plus noble, en cuir. L’ambiance générale y gagne énormément surtout que les sièges en cuir de notre version d’essai Tekna sont plus confortables qu’auparavant. Les maintiens latéraux sont plus conséquents et les sièges sont chauffants. La banquette arrière bénéficie aussi de ce « chauffage par l’assise ».

Sur l’un des critères d’achat prioritaire en matière d’habitabilité, Nissan progresse. Toujours aussi spacieux, l’X-Trail 2017 voit son volume de chargement augmenter de 15 l pour en atteindre 565. En configuration 5 places, cela reste néanmoins en retrait des Peugeot 5008 (780 l) et Škoda Kodiaq (720 l). Malgré cela, l’X-Trail ne souffre pas trop de cette comparaison en y répondant avec l’ouverture mains-libres et le système  Flexiboard qui permet de compartimenter le coffre en 9 configurations possibles. Sans oublier le rangement « caché » pour objet à forte valeur.

En matière de technologies embarquées et d’infodivertissement, l’upgrade » du SUV est assez minime. La plus simple est la nouvelle interface de l’écran tactile NissanConnect et la plus « premium » est le dispositif audio Bose à 8 haut-parleurs (de série en Tekna). Déjà très généreux, avec, entre autres, la reconnaissance des panneaux de signalisation et le freinage d’urgence, l’X-Trail finition Tekna se dote de 3 nouvelles aides à la conduite indispensables pour répondre aux attentes du marché : l’alerte collision arrière, la reconnaissance des piétons et l’aide au démarrage en côte (pour les boîtes manuelles).

Il faudra cependant patienter jusqu’en 2018 pour que le SUV rentre dans une nouvelle ère, celle de la conduite autonome. Le programme Nissan Intelligent Mobility offrira alors au duo Qashqai/X-Trail la technologie maison ProPILOT. « Pro » comme une promesse de conduite autonome basée sur 3 sous-technologies de maintien de la voiture dans sa voie, de contrôle de direction, d’accélération, et de freinage : Lane Keep Assist, Intelligent Cruise Control et Traffic Jam Pilot.

Place aux essais routier et off-road ! Notre choix s’est donc porté sur la version diesel 177 dCi à boîte manuelle et transmission intégrale All­-Mode 4×4­-i. Ce modèle 177 dCi pouvant être également choisi en 2WD Xtronic, 4WD Xtronic CVT. Les autres configurations sont les suivantes : dCi 130 4WD BVM, dCi 130 2WD BVM ou Xtronic, DiG-T 163 (essence) 2WD BVA.

Sans mauvaises surprises sur route et autoroute, l’X-Trail y est parfaitement à l’aise malgré ses quelques 1 700 kilos. Souple et généreux, le 4-cylindres 2.0 l au nom de code M9R fait correctement le job. Ce bloc commun à Renault et Nissan Euro 6-b est apparu en fin d’année 2016 au catalogue du SUV japonais. La boîte manuelle permet de gérer convenablement les relances, en sortie de virage par exemple, ou lors de dépassements. Disponibles à 3 750 tr/min, les 177 ch sont suffisants à mouvoir l’X-Trail. Le couple de 380 Nm intervenant dès 2 000 tr/min, il lui offre un bon dynamisme. En revanche, le moteur est un peu bruyant et le SUV manque d’agilité dans les courbes. Cela est dû, et comme le veut l’expression, « au poids de son âge ». Mais c’est surtout le résultat d’un choix de châssis typé confort. L’X-Trail reste toujours une voiture très rassurante, précisons-le, mais il n’est pas au niveau du Peugeot 5008 en termes d’agrément de conduite et de confort. Quoi qu’il en soit, il remplit largement sa mission de pouvoir ravir des familles nombreuses.

Avant de passer en mode tout-terrain, l’X-Trail dCi 177 4WD boîte manuelle en chiffres, c’est une vitesse maximale de 207 km/h et un 0 à 100 km/h réalisé en 9,4 s. Les consommations sont annoncées en cycle mixte à 5,6 l/100 km. Une donnée que nous avons hélas dépassée. Du côté des émissions de CO2, les 149 g/km émis vous coûteront 1 260 € de malus.

Lors de notre essai en Autriche, Nissan nous avait préparé un parcours off-road digne de ce nom, long, varié et à l’ambiance montagneuse spectaculaire. Notre X-Trail a tout affronté, des pentes ardues, des épingles en plongée et de longues montées et descentes aux précipices impressionnants. De quoi nous souvenir de notre périple en Afrique du Sud avec M6 Turbo au volant du Qashqai (décembre 2016 – à vivre sur Road Trip : les SUV Qashqai, Ateca et 3008 sur « les routes de l’impossible » d’Afrique du Sud !). Ce rappel n’est pas anodin car, de nouveau, le savoir-faire Nissan en matière de tout-terrain a plus que largement prouvé son efficacité malgré une monte pneumatique classique pas du tout adapté.

Le système All­-Mode 4×4­-i fait littéralement des merveilles en répartissant intelligemment le couple sur les essieux avant et arrière. Il gère également la puissance du « 4×4 familial » en cas de perte d’adhérence. Hyper rassurant, il nous a fait oublier que nous étions à bord d’un SUV 7 places. Pour preuve, aucun obstacle ne nous a arrêté et tels de « grands enfants », nous n’avons pas résisté à l’envie de faire décoller l’X-Trail !

Ce test off-road s’est rapidement transformé en balade dépaysante au plaisir omniprésent. N’est-ce pas cela le propre d’un SUV qui par définition est un véhicule loisir ? On a trop souvent l’habitude à en oublier ce point car les mondes urbain, routier et autoroutier sont ceux dans lesquels nous évoluons le plus. Le Nissan X-Trail est le SUV 7 places par excellence pour vivre des expéditions en-dehors de notre quotidien.

En conclusion, le SUV japonais 7 places n’a pas fini de faire parler de lui. Sa polyvalence est toujours aussi intéressante. Sa générosité, que ce soit au niveau des équipements ou de son comportement, l’amélioration de ses finitions, font de lui une offre toujours attractive. Néanmoins, la prochaine génération de l’X-Trail devra faire très fort pour se mettre à niveau voire dépasser ses concurrents actuels. Mais faisons confiance aux hommes et femmes de chez Nissan pour cela, ils ont 2 à 3 ans devant eux. Reste à découvrir les tarifs de l’X-Trail 2017, non communiqués à ce jour car il ne sera disponible en concession qu’à partir de Novembre 2017. Pour compléter cet essai, celui du Qashqai 2017 est à découvrir ici.

Essai : Frédéric Lagadec

Photos : LesVoitures.com – Frédéric Lagadec et Mathieu Berger