Bentley Flying Spur V8 S : « S » comme sublime, essai

  Publié le 27 janvier 2018 par

Bentley est l’un des constructeurs de voiture le plus actif dans le domaine du luxe. Après avoir dévoilé le SUV Bentayga à Francfort en 2015, la firme britannique a profité du salon de Genève 2016 pour décliner sa limousine Flying Spur en une version sportive qui se positionne entre la V8 (507 ch) et la W12 (625 ch). 528 chevaux et une configuration dévergondée, tel est le programme de notre journée à bord de la Bentley Flying Spur V8 S.

Quelque que soit la Bentley que vous croisez dans la rue, c’est toujours un moment rare même pour ceux qui ne sont pas passionnés par l’Automobile car le style Bentley est intemporel et unique en son genre. L’effet est encore plus saisissant quand les 5,3 m d’une Flying Spur V8 S s’étendent avec une teinte « flashy ». Ce bleu « Neptune » est aussi original qu’historique car il a été introduit en 2003 à l’occasion de la révélation de la Continental GT.

Ajoutez à cette livrée de superbes jantes 21″ Mulliner Driving Specification, quelques attributs spécifiques propres à la V8 S, comme, par exemple la calandre noire, le fond des optiques également sombre, le bouclier avant à ailettes, le diffuseur finition Beluga et vous obtiendrez une limousine extravagante. Ainsi, la Flying Spur V8 S que vous avez sous vos yeux perd un peu d’élégance mais gagne tellement en agressivité visuelle que l’on ne peut que saluer les possibilités qu’offre le configurateur Bentley.

Une fois à l’intérieur de la limousine, nous accédons à un univers de savoir-faire très haut de gamme dédié aux plus grands chefs d’entreprise ou autres ambassadeurs. Précisons que out étant assemblé à la main. Cette fois, la sportivité et l’élégance ne font qu’un pour créer une ambiance exceptionnelle. La première est apportée par les éléments du pack Mulliner Driving Specification (option) et la seconde grâce au travail « d’orfèvrerie » de la tradition automobile propre à Bentley, ceci jusqu’au moindre détail à croire que les ingénieurs spécialisés en acoustique ont étudié le son des coupes de champagne. Lorsque celles-ci s’entrechoquent au moment de trinquer, une vibration sonore cristalline sans fin révèle un « Art de Vivre » que seuls les Britanniques sont capables d’offrir.

Pléthore d’attentions composent cet espace de vie grandiose. Au-delà de la noblesse des matériaux utilisés, une Bentley se doit aujourd’hui d’être high-tech. Les passagers arrière peuvent ainsi jouir d’une télécommande tactile pour créer leur propre atmosphère au sens propre et figuré, du son en passant par la climatisation jusqu ‘aux réglages des sièges massants et ventilés.

Quant au chauffeur, il profite du même niveau d’excellence. Le dessin de la console centrale accompagne les formes de la planche de bord pour, au final, recréer « l’oiseau Bentley ». De l’aérien, on en retrouve partout notamment grâce à l’horloge Breitling. Une dernière chose, et pas des moindres au sujet de l’intérieur de cette Bentley : le système hi-fi Naim. Il provoque une certaine admiration auditive. On ressent chaque note, l’acoustique est digne de la salle de concert mythique, à savoir le Royal Albert Hall de Londres. Le système est composé de 11 haut-parleurs et d’un amplificateur à 13 canaux d’une puissance de 1 100 W. 8 modes DSP et un son suround caractérisent également ce dispositif audio.

Au volant de ce grand carrosse d’un poids flirtant avec 3 tonnes, les sensations de puissance sont perçues avec douceur. Nous sommes à bord d’un « superbe monstre tranquille » dont le V8 4.0 l biturbo affiche néanmoins des chiffres et performances surprenants : 528 ch à 6 000 tr/min, 680 Nm disponibles dès 1 700 tr/min et un 0 à 100 km/h réalisé en seulement 4,9 s ! A l’accélération, la sensation de poussée est bien sûr fortement atténuée par le cocon dans lequel nous nous trouvons. Cependant, les 21 chevaux supplémentaires, comparativement à la version V8, ont le mérite d’offrir encore cette petite dose de sportivité nécessaire pour « valider » les logos « V8 S » qui parsèment la limousine.

Le plus étonnant, c’est la capacité à se mouvoir de ce mastodonte. La cour du manoir de Tronchet nous a offert un terrain de jeu parfait pour la « reine Flying Spur V8 S ». Son rayon de braquage nous a très agréablement surpris. Maniable, précise, la grande Bentley surprend par son agilité.

A une époque révolue, au 19ème siècle, Alfred de Vigny, résidant de cette bâtisse qui surplombe les vallées de la Chalouette, aurait sûrement été très inspiré par cette somptueuse automobile. Sur ses traces, le trajet vers la magie des nuits parisiennes restera mémorable. D’un manoir à un Palais, la Bentley Flying Spur V8 S n’est-elle pas dans son contexte de prédilection ?

Pour conclure, la version V8 S de la Bentley Flying Spur apporte au constructeur de Crewe cette touche de sportivité indispensable aujourd’hui pour jouer sur le marché élitiste des limousines modernes. Elle saura attirer une jeune clientèle richissime fervente de tradition. Il faudra néanmoins débourser au minimum plus de 190 000 €.

La rédaction

Essai et photos : Thomas K. de Chessé