Hyundai i30 N : la première sportive sud-coréenne débarque avec 275 ch !

    Publié le 13 juillet 2017

Des pistes du WRC à la route, Hyundai dévoile aujourd’hui sa prometteuse i30 N, première sportive de série développée par le département « Performance » de la marque sud-coréenne. Au programme 275 ch et des technologies de hautes performances dans le but d’aller chatouiller les Peugeot 308 GTi, Focus ST, Volkswagen Golf GTI et autres Seat Leon Cupra. LesVoitures.com était présent à Düsseldorf dans le cadre de sa première mondiale aujourd’hui.

En quête de son premier titre mondial en WRC depuis son retour en 2013, Hyundai avait frappé un grand coup lors du Mondial de l’Automobile 2016 de Paris en proposant une vision extrême de sa future i30 N avec le RN30 Concept (à voir ici). Beaucoup plus civilisée, la i30 N n’en manque pas moins de caractère.

Développée par le centre R&D de Namyang, d’où le « N » qui représente symboliquement une chicane, la déclinaison sportive abaissée de l’i30 révèle un travail pointu qui a été réalisé dans un but bien sûr esthétique mais aussi en matière d’optimisation aérodynamique.

A l’avant, l’i30 N propose un look assez sophistiqué qui séduit dès le premier coup d’œil. La grande calandre se projette en relief vers un bouclier spécifique orné de rouge. Ce dernier accueille à ses extrémités des prises d’air dont le dessin a été inspiré du concept-car RN 30. Cette face avant imposante intègre une signature lumineuse agressive et novatrice grâce aux diurnes qui ont été positionnées au-dessus des entrées d’air latérales. Ce qui ne se voit pas, ce sont les volets situés derrière la calandre. Ils ont été étudiés pour, de nouveau, optimiser la circulation des flux d’air.

Les flancs de la berline compacte sportive sud-coréenne offrent un rendu visuel plus sage mais l’auto semble coller à la route surtout avec les grandes jantes de 19″ qui occupent la quasi-totalité des passages de roue. Cet effet est accentué par des bas de caisse peints en noir, teinte que l’on retrouve sur les coques de rétroviseurs.

La partie arrière de la i30 N est tout aussi réussi que la face avant. Ceci grâce à l’adoption d’un becquet et d’un bouclier élargi. Sans oublier le diffuseur souligné par du rouge et la double « vraie » sortie d’échappement. On retrouve une touche d’originalité par la présence d’un feu « Stop » central en triangle.

Pour parfaire le style de cette i30 N et contenter une clientèle avide de personnalisation, les designers japonais ont tout d’abord repris logiquement la teinte Performance Blue des voitures engagées en WRC. Un sulfureux Engine Red fait partie d’un panel de 6 coloris au total.

L’habitacle de la i30 N marque une forte progression de la marque sud-coréenne au niveau de l’agencement des éléments. Le volant est exclusif à son pedigree sportif. Sur sa gauche, le conducteur a accès au sélecteur des modes Normal, Sport et Eco. Le bouton N aux motifs à drapeau à damier, synonyme de hautes performances,  est situé à sa droite. Des surpiqûres bleues, autres logos N, un rendu chrome pour le pédalier et la commande de boîte de vitesses (manuelle 6 rapports) terminent le travail de ce poste de conduite sportif.

Sur le plan technique, Hyundai a doté la i30 N de tout son savoir-faire. La liste des technologies est longue : Launch Control, synchronisation du régime moteur, suspension à gestion électronique (ECS), contrôle de stabilité électronique (ESC), différentiel électronique à glissement limité (E-LSD), système de valve d’échappement à ouverture variable. A cela s’ajoute un artifice sonore à la mode, un générateur de son électronique (ESG). Le plus intéressant est peut-être le dispositif Rev Match, une sorte de « talon pointe électronique ».

Point important pour la France et la majorité des pays européens, la i30 N sera commercialisée avec d’entrée le Performance Pack qui permet d’accéder aux 275 ch. Sans ce pack qui sera donc optionnel dans d’autres pays, la puissance est de 250 ch. Ce pack inclut les pneus Pirelli P-Zero en monte 19″, les étriers de frein plus grands, le différentiel à glissement limité électronique (E-LSD) et le système de vanne d’échappement variable.

En chiffres, les 275 ch du 4-cylindres 2.0 l suralimenté de la i30 N sont obtenus à 6 000 tr/min. Le couple de la sportive étant de 353 Nm. Du côté des performances, cela donne un 0 à 100 km/h réalisé en 6,1 s pour 250 km/h de vitesse maximale.

Hyundai précise que la i30 N est née pour « manger » des courbes à l’image du logo en « N » du département sport. Les objectifs de la marque sud-coréenne sont élevés comme on peut le comprendre à travers les mots de Albert Biermann, Excutive Vice President Performance Development and High Performance Vehicle Division de Hyundai :

« La Hyundai i30 N a été développée dans un seul et unique but : garantir un agrément de conduite inégalé à nos clients tout en leur offrant un véhicule hautes performances des plus accessibles. A travers notre label hautes performances N, nous entendons renforcer l’attrait de notre marque en proposant des produits passionnants répondant aux attentes de tous ceux qui se délectent des virages à la corde et du vrombissement de leur moteur. C’est pourquoi chez nous, la haute performance se mesure en BPM – battements de cœur par minute – et pas seulement en tr/min. »

La Hyundai i30 N sera commercialisée en fin d’année à un tarif inconnu à ce jour. Après cette présentation réussie, reste à valider en essai ses capacités. Elle n’était pas seule à s’offrir une première mondiale à Düsseldorf. L’i30 Fastback a ainsi montré des lignes uniques sur le segment C. Nous reviendrions sur cette autre i30 très bientôt.

La rédaction

Photos : Hyundai et LesVoitures.com