Volvo XC90 : “l’A380 automobile” à l’essai…

Longtemps, très longtemps attendu, le Volvo XC90 fait enfin peau neuve. Présenté à l’occasion du Mondial de l’Automobile de Paris 2014 avec un ambassadeur suédois de choix en la personne de Zlatan Ibrahimovic, le SUV porte-étendard n’avait pas évolué depuis 2002, une éternité. Volvo a donc pris plus que son temps pour réinventer le XC90 et proposer le meilleur des technologies et du premium…

Notre modèle d’essai est le XC90 Inscription Luxe 7 places D5 AWD Geartronic. Sa motorisation diesel représente le cœur de la gamme XC90 et son niveau de finition est le plus élevé parmi les autres choix possibles : Inscription, R-Design, Momentum et Kinetic. Le mastodonte suédois de 2 038 kg évolue peu au niveau de sa corpulence en gagnant 14 petits centimètres, une broutille certes, mais qui lui offre de nombreux avantages comme vous allez pouvoir le constater. Le Volvo XC90 atteint une longueur de 4,95 m. Sa largeur est de 2,14 m et sa hauteur de 1,776 m. Plus d’une décennie séparant la première version du SUV premium de cette nouvelle génération, les designers et ingénieurs suédois sont donc partis logiquement d’une feuille blanche pour développer un tout beau et tout nouveau engin high-tech.

essai-volvo-xc90-18

Esthétiquement, la face avant n’a plus rien à voir avec le précédent modèle. Elle dégage un sentiment de robustesse indéniable. L’énorme calandre chromée aux lamelles verticales amplifie l’impression statutaire du véhicule et contraste joliment avec la finesse en forme de T des projecteurs. Cette signature lumineuse full LED est un rappel au dieu du tonnerre de la mythologie nordique : Thor. Les finitions extérieures sont parfaites et la partie basse du bouclier avant a été élaborée avec finesse pour apporter de la fluidité  au visage massif du SUV haut de gamme à la teinte Bleu Magique Métalisé (option : 900 €).

essai-volvo-xc90-19

Les flancs du XC90 sont tout aussi imposants. Le toit, rectiligne, renforce cette impression brute. Pour éviter un rendu “trop mastoc”, le bureau de style Volvo a utilisé plusieurs éléments aux effets divers. Les bas de caisse et le toit accueillent des barres métalliques, les deux gros montants de vitres sont en noir laqué. Tout le monde sait que le noir affine, n’est-ce pas mesdames ? Quant aux contours des espaces vitrés latéraux, ils reprennent le même traitement argent brillant que les inserts métalliques précédemment cités, comme les jantes 20″ à 10 branches.

essai-volvo-xc90-17

Heureusement, l’arrière du nouveau XC90 rappelle fortement la parenté avec son prédécesseur qui avait quand même bénéficié d’un facelift en 2006. La cassure du haut des ailes arrière et les grands feux verticaux sont toujours présents mais tout a cependant été affiné et modernisé. Exit, la marche du pare-chocs arrière et place à deux sorties d’échappement horizontales par exemple. Le rendu global du XC90 est de toute beauté et sa silhouette ressort magnifiquement dans notre majestueux décor naturel de la forêt des Ardennes, au Manoir de Lébioles.

essai-volvo-xc90-14

Une fois la porte côté conducteur ouverte, nous sommes absorbés par une ambiance aussi douce que feutrée. Elle mêle des matériaux nobles tels que le bois de noyer scandinave et le cuir Nappa perforé beige. Sur le plan de l’habillage intérieur, Volvo fait très fort et c’est sans nul doute que nous pouvons positionner le XC90, merveilleux salon roulant, comme le meilleur d’un segment qui inclut les Audi Q7, et Mercedes GLE et autres Land Rover Range Rover. L’instrumentation 100% numérique est superbe et l’écran central tactile de 9″ offre ce qui se fait de mieux en matière d’ergonomie. Les nombreux paramètres et fonctionnalités du très moderne SUV, bourré de technologies et d’aides à la conduite, sont accessibles très facilement grâce au principe des menus coulissants exactement comme sur une tablette.

essai-volvo-xc90-13

Le volant offre la même facilité d’accès. Une fois assis, le confort est à son apogée surtout que notre XC90 d’essai dispose de l’option Premium Sound by Bowers et Wilkins (3 400 €). Ce tarif peut sembler excessif pour un système audio mais c’est un véritable voyage auditif qu’il propose avec pas moins de 1 400 watts. Le son, d’une fantastique pureté, nous fait longtemps hésiter à mettre le moteur en route, car nous sommes clairement dans une enceinte digne d’une salle de concert philharmonique.

essai-volvo-xc90-11

L’habitabilité du XC90 est exceptionnelle. Il offrira à une famille nombreuse un espace conséquent même si les 6ème et 7ème places sont plus destinées à des enfants ou adolescents qu’à des adultes de grande taille. Les 14 cm de longueur supplémentaire y sont pour beaucoup et la capacité de chargement y gagne aussi : 314 l (7 places), 721 l (5 places) et 1 886 l lorsque tous les sièges sont rabattus !

essai-volvo-xc90-3

Une fois le 4 cylindres en ligne à double turbo et injection directe enclenché, le XC90 évolue avec une facilité déconcertante malgré sa taille. Les 225 chevaux (à 4 250 tr/mn) et les 470 Nm de couple (à 1 7 50 tr/mn) sont largement suffisants pour le mouvoir. La transmission intégrale AWD joue parfaitement son rôle. A l’occasion des 24 Heures de Spa 2015, qui se sont déroulées (comme trop souvent) sous la pluie, nous avons pu tester, plus d’une fois, le pouvoir d’adhérence du SUV suédois sur les chaussées glissantes belges. Le ressenti au volant dans ces conditions délicates est hyper sécurisant et le freinage est “made by Volvo”, hyper efficace et sans surprise !

essai-volvo-xc90-6

Du coté des consommations, c’est bluffant ! Annoncé pour 5,7 l/100 km en cycle mixte, nous avons relevé le chiffre de 6,1 l/100 km. En cycle urbain, Volvo communique sur 6,2 l/100 km. Les émissions de CO2 restent maîtrisées avec 149 g/km soit 900 € de malus, c’est royal comme Ségolène, notre ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie. Et de l’énergie, le  XC90 D5 AWD Geartronic n’en manque pas grâce à sa boîte de vitesses Geartronic à 8 vitesses qui dispose d’un mode Sport. Niveau performances, cette version diesel parcourt le 0 à 100 km/k en 7,8 s pour une vitesse maximale de 220 km/h.

essai-volvo-xc90-8

Seules les épingles très serrés sont délicates à aborder, le SUV premium ne disposant  pas de roues arrière directrices. Malgré quelques légers  mouvements de caisse en courbe, le comportement du XC90 est exemplaire. Le sentiment de sécurité ressenti est extrêmement présent. Transition parfaite pour évoquer les technologies qu’embarque le SUV. Rappelons d’abord que l’objectif de Volvo  à l’horizon 2020 est des plus ambitieux : plus aucun mort ou blessé grave dans une Volvo. Il nous faudrait un autre article complet pour détailler le savoir-faire et les progrès insufflés par Volvo en la matière. Le système IntelliSafe Assist (de série en finition Inscription Luxe), nous a complètement séduit. Il inclut les régulateurs adaptatifs de vitesse et de distance, l’assistance embouteillage, l’alerte de sécurité et l’alerte active de franchissement de ligne. Pour faire simple, l’intelligence de ces dispositifs est si bien paramétrée qu’elle permettrait presque de parcourir des dizaines de kilomètres sur autoroute sans tenir le volant ! Le XC90 voit et réagit aux lignes avec douceur et s’inscrit prudemment dans les virages. Il détecte tous les obstacles, freine et ralentit comme un grand qu’il est à l’approche des voitures qui le précède.

essai-volvo-xc90 -9

En série, dès le premier niveau de finition Kinetic, le City Safety anticipe pour vous sur tous les risques de collisions : voitures, cyclistes, piétons. Ceci même aux intersections. Le freinage automatique intervient qu’en cas de risque de collision. Le City Safety n’est qu’une composante d’un panel riche de technologies high-tech baptisé IntelliSafe. Sans oublier l’IntelliSafe Suround qui vous alerte sur les angles morts et les changements de file, etc… Bien sûr, ces dispositifs actifs sont accompagnés pas une batterie de systèmes de sécurités passives.

essai-volvo-xc90-10

Disponible en une seule configuration essence T6 AWD (320 ch) et deux diesels, D4 190 ch traction et D5 AWD 225 ch, le XC90 sera très prochainement proposé en version hybride T8 AWD. Ce modèle profitera de 87 ch électriques qui lui feront dépasser les 400 ch. Notre cher XC90 d’essai Inscription Luxe 7 places D5 AWD Geartronic s’offre à partir de 75 840 €. L’avion étant statistiquement le moyen de transport le plus sûr au monde, le XC90 peut être donc être surnommé “l’A380 automobile” de par son confort, son aisance sur route et de par la sécurité optimale qu’il procure en toute saison. Voilà de quoi conclure en vidéo

Texte et essai : Frédéric Lagadec

Photos : Elodie Esbert

essai-volvo-xc90-7

essai-volvo-xc90-15

essai-volvo-xc90 -5

essai-volvo-xc90 -4

essai-volvo-xc90

essai-volvo-xc90-12