Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Ford Edge : « Born in the USA », le SUV débarque sur le vieux continent, essai !

 
    Publié le 29 août 2016

Depuis toujours l’extrapolation de l’automobile que nous propose « le pays de l’oncle Sam » nous contraint à regarder une flopée de modèles de très loin sans oser espérer les voir rouler sur nos routes. Trop gros, trop gourmands, trop polluants, bref un « trop » à l’américaine. S’il y avait bien un constructeur qui pouvait accompagner le projet « d’exporter » un modèle créé à la base pour les Etats-Unis, c’est bien Ford. Comment intégrer cette philosophie d’outre-Atlantique sur nos terres tout en restant dans les clous ? La réponse est sous vos yeux avec l’essai du nouveau Ford Edge !

Si la tendance des gros SUV est à la pointe de la mode cette année, Ford présentait déjà des morceaux de choix avec l’EcoSport et le Kuga. Il était donc temps de réellement compléter la gamme avec ce gros volume. Si ses cousins adoptent un style purement européen, le Edge affirme sans retenue ses origines. Ce gros bébé impose un caractère bien trempé sous sa robe Orange Electrique avec une face avant très verticale et un profil très peu effilé.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-12

En revanche, le besoin de retrouver l’identité européenne de la marque en voulant se rapprocher des lignes des Focus ou Fiesta provoque une seule incohérence notable sur le design. Comment ces feux arrière à l’inspiration clairement nippone sont arrivés là ? A part cette faute de goût, le design du Ford Edge est réussi, attractif et surtout unique en son genre.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-20

A l’intérieur, le Ford Edge ne déçoit pas, le niveau de finition reste en phase avec le reste de la gamme. Les matériaux de très bonne facture offrent une atmosphère des plus agréables. Mais gardons malgré tout en tête l’arrivée de la redoutablement luxueuse finition Vignale prévue en fin d’année (à découvrir sur Ford Vignale : le constructeur américain entre dans le carré VIP à Genève !). Une mise en exergue du savoir-faire de la marque qui mettra réellement en valeur les lignes épurées de cet habitacle.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-16

Assez palabré sur l’aspect visuel, laissons libre cours à nos autres sens. Lors de notre essai, la stabilité et le confort dont faisait preuve le nouveau venu nous ont laissé sans voix. Il est vrai que les gros SUV de classe moyenne ont souvent tendance à nous ballotter de droite à gauche et d’avant en arrière à la moindre sollicitation de l’accélérateur ou de la pédale de frein. Un problème totalement exclu de nos ressentis au volant du Edge. Ce dernier vire à plat et jouit de l’électronique embarquée qui assure une répartition judicieuse du couple sur les deux essieux via la transmission intégrale intelligente (Intelligent AWD).

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016 -3

Ajoutons à cela la direction adaptative de la version Sport, et nous retrouvons un réel plaisir de conduire, même sur des petites routes sinueuses. Il reste néanmoins évident que nous ne sommes pas dans une sportive, ces qualités ont leurs limites. D’autant que la seule motorisation prévue pour le vieux continent est un diesel de 2.0 l développant 180 chevaux (Trend) et 210 équidés pour les versions Sport et Titanium agrémenté de deux turbos. Un chiffre tout à fait raisonnable mais qui n’impressionne pas pour un SUV de presque deux tonnes et 4,80 mètres de long.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-19

En revanche lorsque nous avons pu chatouiller la pédale de droite, ce sont les 400 Nm de couple qui nous ont sauté au visage. Le tout associé à une boîte de vitesses Powershift à double embrayage très bien étagée qui n’oblige pas à faire hurler (dans la mesure du possible) le petit moteur diesel. De plus, le travail accompli par le constructeur sur le plan de l’insonorisation dans l’habitacle et de l’absorption de bruits fait du Edge un véritable tapis volant. Le système Active Noise Control permet d’absorber les bruits grâce à des micros dissimulés dans l’habitacle. Ces derniers captent les sons parasites, l’intelligence du dispositif anti-bruits les analyse puis le système diffuse des ondes contraires pour les annuler.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-10

De sacrés arguments pour un engin qui peut se permettre de se rapprocher des 7 l/100 km. N’oublions pas le côté pratique qui occupe une place importante sur ce segment. Même si la version sept places n’est pas prévue chez nous, les cinq places offrent par conséquent un volume de chargement à l’arrière absolument impressionnant avec pas moins de 1 847 l disponibles une fois les sièges arrière rabattus.

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-22

En conclusion, même si le volume peut en effrayer plus d’uns, le nouveau Ford Edge reste politiquement correct et assume son rang sans mal avec un prix d’entrée à 42 000 € pour le Ford Edge TDCi 180 BVM6 i-AWD 180 ch. Notre modèle d’essai, le Ford Edge Sport motorisé par le TDCi 210 PowerShift i-AWD s’affiche quant à lui à partir de 51 500 €. La concurrence asiatique et notamment française avec le futur Koleos a du soucis à se faire…

Essai et photos : Frédéric Lagadec

Texte : Guillaume Pons

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-5

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-21

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-18

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-15

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-13

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-11

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-7

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-6

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016-4

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016

essai-ford-edge-suv-test-drive-2016 -2