Résultat exact
Dans le titre
Dans les paragraphes
Dans les articles
Search in pages

Kia Stonic : le SUV « stylé » à l’essai

 
 
    Publié le 25 septembre 2017

Cela devient la mode pour tous les constructeurs d’avoir un SUV urbain que l’on catégorise sous l’appellation « B-SUV ». Présenté à l’occasion du salon de Francfort, le Kia Stonic était à l’essai, pour nous, du côté de Berlin…

Comme aime à le rappeler Marc Hedrich, le directeur de Kia France, le premier critère d’achat d’un SUV est le design. Et, pour le coup, Kia marque des points car, que l’on apprécie ou pas ce segment de véhicules, force est de reconnaître que le Kia Stonic a une petite gueule bien « mimie ».

Centre de gravité abaissé, porte-à-faux réduits et montant arrière de type « targa » participent à ce sentiment de sympathie, sans pour autant faire oublier la sensation d’avoir en face de soi une citadine surélevée. A cela s’ajoutent une vingtaine de combinaisons de couleurs possibles entre l’extérieur, l’intérieur et le toit.

Si le concurrent le plus direct, dans sa philosophie, est le Citroën C3 Aircross (essai ici), le Kia nous est apparu, d’emblée, comme très attirant. Kia s’affirme et le fait savoir par l’appui de sa calandre « tiger nose » beaucoup plus expressive que les « normes visuelles » en place sur ce segment.

Passons à l’intérieur afin de voir si l’exubérance extérieure se trouve partout. Eh bien, non ! C’est assez triste et dérivé de la Rio, ou inversement. Alors qu’on pouvait s’attendre à de la fantaisie eu égard aux volontés affichées de vendre une marque jeune, nous avons affaire à un habitacle austère, dont la qualité des plastiques utilisés est un peu « cheap ». Ceci étant, le principal y est, que ce soit au niveau des connectivités Apple CarPlay ou Android Auto ou de l’interface de l’écran tactile de 7″. A ce propos, les mises à jour TomTom sont offertes pour 7 ans.

Une voiture, ça se conduit assis. Oui, me direz-vous, quoi de plus logique? Eh bien, il semblerait que la logique ne soit plus de mise avec ce modèle, car, trouver sa position de conduite sans être obligé de se contorsionner demande un peu de temps. A moins que « votre rédacteur » n’ait le physique biscornu (il vous est interdit de commenter), il m’a été difficile de trouver une bonne position. En effet, Kia a maintenu une position de conduite normale sur un véhicule rehaussé. Après quelques instants de solitude, prise en main du véhicule effectué, place à l’essai routier…

Lors d’un essai, les journalistes automobiles ont toujours un road book pré-établi afin de pouvoir « au mieux exploiter les qualités intrinsèques » de la voiture. Kia, qui nous fait donc essayer un véhicule urbain, a préféré nous créer un parcours hors des sentiers battus. Intention louable mais, pour nous, être à 30 mn de l’Alexander Platz de Berlin et ne pas y aller serait une gageure. Direction donc le centre d’une des villes les plus fascinantes, au sens objectif comme au sens subjectif.

Les modèles d’essai du premier jour ont été le Kia Stonic 1.4 l 100 ch essence MPi et celui du Stonic de 120 ch T-GDi. Cette dernière configuration moteur étant obtenu d’un petit bloc 1.0 l à injection directe et suralimenté. Sans provoquer beaucoup de plaisir à leur volant, ils font leur boulot mais rien de plus. Et encore, la version 100 ch essayée est proprement délicate à gérer lors des redémarrages aux feux rouges. Ça broute, ça manque d’entrain et on a l’impression que l’on va caler à chaque départ. La version 120 ch tempère ce problème mais le plaisir n’est pas là, hélas.

Vive le diesel et dieu sait qu’il m’en coûte de dire cela, mais il apparaît comme étant la version la plus homogène et, surtout, la plus agréable à conduire. A noter en outre, un hallucinant 8,0 l/100 km relevé sur la version essence de 100 ch, tant il convient de la cravacher pour qu’elle décolle alors même que nous n’avons évolué que dans un tissu urbain. La version diesel, quant à elle, assume brillamment un 6,0 l/100 km en usage mixte.

Au niveau du comportement, le nouveau Kia Stonic est sain et réagit parfaitement en se faufilant partout. Il est idéal pour la ville. Ça tourne, ça braque, ça évolue comme un poisson dans l’eau ce qui est là, très agréable. On en arrive à oublier presque ses défauts d’autant que, en fonction des finitions, il est possible d’avoir pléthore d’aides à la conduite telles le système de détection de piétons, le système de surveillance des angles morts ou bien encore l’alerte de franchissement des lignes.

L’utilisation idéale serait donc d’avoir à se déplacer en ville pour de petits trajets sans avoir besoin de prétendre à partir en vacances avec. Du reste, il n’a pas officiellement vocation à ça. Ceci étant, ses capacités d’habitabilité n’ont pas à rougir puisque ses 1,760 m de largeur, 4,140 m de longueur et 1,520 m de hauteur lui procurent un coffre de 352 litres, voire 1 155 lorsque les banquettes sont rabattues.

Question équipements, le Kia Stonic n’est pas en reste puisque, dès l’entrée de gamme, la finition Motion, il dispose des sièges réglables en tous sens (donc…), de la connectivité Bluetooth, de 6 airbags et de jantes 15″, le tout pour 16 990 €. Sur la finition supérieure, Active, pour des prix allant de 18 990 € à 21 490 € en fonction des motorisations, vous avez en plus les feux avant LED, la climatisation, la caméra de recul, des inserts satinés, des jantes plus sympas et les 4 vitres électriques.

La finition Launch édition, quant à elle, pour des prix s’étalant de 20 490 € à 22 990 €, propose la cartographie offerte avec sa mise à jour pendant 7 ans, le capteur de pluie, le pédalier en aluminium, des ports USB à l’arrière, nécessaires avec des enfants modernes et diverses options esthétiques essentielles selon nous. Lorsque nous parlons d’austérité, c’est afin de ne pas parler de tristesse. Ces packs esthétiques sauront rendre un peu de tonus aux intérieurs. Pour finir, la finition haut de gamme dite « Premium » propose, de 21 490€ à 23 990 €, une sellerie cuir, la clef intelligente, et toutes les alertes dont nous vous avons parlé précédemment.

Ce segment, comme nous l’avons indiqué, est assez concurrentiel. Pour ne citer qu’eux, se trouvent les Peugeot 2008, Renault Captur, Opel Mokka. Le Stonic a clairement une carte à jouer. Le design, élément déclencheur de l’achat, joue une carte maîtresse. En face, nous avons des produits mieux finis (comme le 2008 par exemple) ou moins austère mais, avec moins d’âme. Ajoutons à cela la fameuse garantie 7 ans ou 150 000 kilomètres proposée de série et vous obtenez un « mini SUV » aux lignes sympas mais qui ne provoque guère d’émotions.

Texte et essai : Charles Oulan

Photos : LesVoitures.com