Citroën C4 Cactus : le SUV devenu berline à l’essai

Entre un SUV et une berline, mon cœur balance… Née SUV en 2014, la Citroën Cactus perd cette dénomination à l’occasion de son restylage. Après 4 ans d’une carrière commerciale discrète, la marque aux chevrons ose une métamorphose stylistique douce pour celle qu’il faut désormais appeler la C4 Cactus Berline. La « piquante voiture » est-elle enfin à l’âge de la maturité automobile ? La réponse grâce à notre essai ensoleillé dans le massif du Luberon de la version PureTech 130 finition Shine.

L’attente était forte en octobre 2017 le jour où Citroën a levé le voile sur sa nouvelle berline (photo ci-dessous – à revivre ici). Faut-il rappeler que l’histoire de l’automobile française est intimement liée aux inventions créées au fil du temps par la marque de voitures préférée des français en 2017 ?

Le SUV C4 Cactus originel, on l’aime ou on l’a déteste. Nous, on aime cette nouvelle mouture car son originalité aboutie fait du bien ! Quant à la précédente C4 Berline compacte, elle est tout simplement rayée de la gamme Citroën avec l’arrivée de cette nouvelle génération.

Aujourd’hui Citroën persiste dans un style toujours atypique mais devenu fort heureusement beaucoup plus mature. A l’avant, la C4 Cactus récupère les codes visuels du duo C3/C3 Aircross au niveau des chevrons qui s’étirent en longueur jusqu’à des LEDs hyper-fines. Ces dernières sont accompagnées de blocs de projecteurs et antibrouillards à deux étages. Les rondeurs du bouclier imposant complètent un design qui n’a pas d’égal sur le segment des berlines.

De profil, ce « SUV berlinisé » perd logiquement ses barres de toit. Mais ce sont surtout les fameux Airbumps qui attirent l’attention. Parfaitement intégrés aux bas de caisse, ils soulignent de longs creux. On peut cependant se poser la question de leur utilité protectrice sachant qu’ils sont désormais positionnées très bas. Des protections de SUV, on en retrouve sur les passages de roues. Sans oublier les contours des vitres arrière couleur carrosserie qui ne sont pas sans rappeler ceux des SUVs urbains.

Des formes, l’arrière de celle qui repose sur la plate-forme PF1 modulaire (comme les C3 et C3 Aircross – essai du SUV ici) n’en manque pas. Avouons que cette générosité visuelle a fière allure surtout que les feux en forme oblongue en imposent et que le gros bouclier arrière plaira au plus stressés des manœuvre de stationnements. C’est un vrai pare-chocs efficace, bien vu !

En termes de gabarit, la nouvelle berline Citroën C4 Cactus est longue de 4,17 m et large de 1,71 m. Et pour être précis, notre C4 Cactus130 PureTech Shine est équipée en série de jantes 17″. La teinte Emeraude Blue est au programme des options (630 €). La « mode automobile », c’est aussi un maximum de possibilités de personnalisation. Sur cette berline, elles sont au nombre de 31 auxquelles il faut rajouter 4 packs de couleur.

Passons à l’habitacle de cette nouvelle berline. Citroën joue de nouveau la carte d’un « mobilier  chaleureux » inauguré sur la citadine C3 et repris sur le C3 Aircross. Assis dans la C4 Cactus, on se sent un peu comme chez soi. La planche de bord droite amplifie l’effet de grand espace. Le constructeur Citroën est, depuis toujours, connu et reconnu pour le confort de ses voitures. En option, les sièges Advanced Comfort ( 1 250 € garnissage cuir – 350 € garnissage tissu) présentés comme innovants sont clairement à la hauteur de la réputation historique chère à Citroën. De plus, un important travail d’insonorisation a été réalisé.

Sur route, intéressons-nous en premier lieu à la technologie avant-gardiste que cache la C4 Cactus : les Suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives. Elles s’ajoutent aux composants classiques tels que les amortisseurs et ressorts. Après la première suspension hydropneumatique (1954 – Traction Avant puis DS) et la suspension Hydractive (1989 – XM), Citroën continue d’inventer ! Comme dirait Michel Chevalet : « Comment ça marche ? » Voici la réponse en vidéo.

A l’usage, cette « révolution » absorbe tous les aspérités, dégradations et autres petits obstacles qui se dressent devant l’auto, ceci à faible allure en ville, par exemple. Le confort généré est clairement impressionnant. Quant le moment est venu d’évoluer sur des grands axes, vos grands-parents ou arrière grand-parents se sentiront presque comme dans leurs anciennes Citroën car la nouvelle C4 « danse au-dessus du bitume ». Cette oscillation demande un certains temps d’adaptation. Résultat : les suspensions avec butées hydrauliques progressives on les déteste ou on les adore ! C’est exactement le même point de vue à adopter pour le design de la C4 Cactus Berline. LesVoitures.com valide pour la simple et bonne raison que le confort ressenti en ville et à rythme tranquille est de l’ordre de l’exceptionnel ! En dehors des sentiers battus, l’option Grip Control (300 € sur Shine) est un gage d’efficacité assez redoutable. Comme le prouve nos photos, nous n’avons pas hésité à rouler au plus profond du Luberon.

Du côté du moteur, notre PureTech 130 essence s’est révélé très plaisant surtout que la nouvelle C4 est très légère avec 1 045 kilos à vide. Les 130 chevaux, disponibles à 5 500 tr/min et le couple de 230 Nm (à 1 750 tr/min) du 3-cylindres 1.2 l sont largement suffisants pour mouvoir la berline sachant qu’elle a été conçue pour une conduite coulée. Les accélérations sont néanmoins assez franches. Sûre et souple, la Citroën C4 Cactus ravira les familles à la recherche d’un moyen de mobilité confortable dans toutes les circonstances. La boîte de vitesses manuelle est également un des atouts de cette version 130 PureTech. Pondérons nos propos car il faudra néanmoins oublier la conduite sportive.

En chiffres, la nouvelle C4 130 PureTech, c’est un 0 à 100 km/h réalisé 9,1 s et une vitesse maximale de 207 km/h. Le petit bloc 1.2 l n’émettant que 119 g de CO2/km, pas de mauvaise surprise écologique au moment de signer le bon de commande. Même constat en ce qui concerne les consommations communiquées par Citroën : 4,8 l/100 km en cycle mixte.

En conclusion, Citroën fait progresser intelligemment sa C4 en prenant moins de risques esthétiques tout en supprimant la vraie berline compacte (dépassée) de son catalogue . Cette stratégie est osée mais logique dans l’absolu à la vue du succès rencontré par les SUVs. La berline C4 Cactus fait clairement le boulot en attendant une future et entièrement nouvelle génération à l’horizon 2021. Enfin, le prix de notre modèle d’essai s’affiche à partir de 23 450 € , de quoi attirer les clients Citroën de toujours en concessions et les autres.

Texte : Thomas de Chessé.

Photos : LesVoitures.com