Toyota : objectif Mars avec un rover

La conquête de l’Espace est en train de devenir l’affaire des constructeurs automobiles. Dans un avenir lointain, on peut tout à fait imaginer que des véhicules seront envoyés sur Mars et, à moyen terme, sur la Lune. Ainsi, Toyota travaille avec l’agence aérospatiale japonaise JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) dans le but de concevoir un petit rover habitable qui sera motorisé par un système électrique à piles à combustible hydrogène.

Tout le monde se souvient des incroyables images filmées sur la Lune par la NASA. Le rover LRV (Lunar Roving Vehicle) utilisé lors des missions Apollo a permis aux astronautes d’évoluer sur l’unique satellite naturel de la Terre. Après avoir envoyé son Tesla Roadster vers Mars, Elon Musk avance de plus en plus sérieusement sur son projet de voyage sur Mars, le Japon ne compte pas resté sur la touche. Précisons également que la course à la Lune est relancée depuis quelques années.

L’engin spatial pensé par Toyota mesure 6,0 m de long, 5,2 m de large et 3,8 m de hauteur. Présenté comme une étude conceptuel par le constructeur japonais et la JAXA, le rover dispose d’un espace de vie pressurisé pouvant accueillir deux hommes ou femmes. En cas d’urgence, quatre personnes pourraient y trouver refuge. Le rover Toyota peut explorer les endroits les plus reculés et escarpés de la Lune ou de Mars. Dans ce but, il est doté d’énormes roues qui sont au nombre de six.

Toyota ne livre pas d’informations techniques, ni de chiffres, sur son étude de rover. On sait juste que son moteur électrique sera, si le projet abouti, fourni en énergie par des piles à combustible. L’avantage de ces dernières est qu’elles sont propres, comprendre qu’elles ne rejettent que de l’eau. Les photos publiées par Toyota sur son rover font apparaître des panneaux solaires rétractables capables de recharger les batteries.

Avant de découvrir le rover Toyota en vidéo, Koichi Wakata, Vice-président de la JAXA, nous présente le contexte lunaire :

« Sur la Lune, la gravité est six fois plus faible que sur Terre. C’est un terrain accidenté avec des cratères, des falaises et des collines. De plus, elle est exposée à des rayonnements et à des températures bien plus sévères que sur Terre, et l’atmosphère y est extrêmement ténue. En vue d’une exploration à grande échelle, il est impératif qu’un véhicule pressurisé soit capable de parcourir plus de 10 000 km dans ce type d’environnement. Le concept de “mobilité spatiale” de Toyota répond aux contraintes de telles missions. Toyota et la JAXA travaillent ensemble sur un projet de véhicule habité et pressurisé depuis mai 2018. »

La rédaction

Photos : Toyota