Smart EQ fortwo cabrio : la ville lui appartient, essai

L’année 2019 marquera un double tournant pour la Smart. Ce sera la dernière année de la commercialisation de ses versions thermiques. Elles laisseront la place à un catalogue 100% électrique. En janvier 2019, la Smart EQ fortwo envahira Paris grâce à l’offre d’autopartage car2go qui en proposera pas moins de 400. L’ère électrique de la Smart est donc lancée. Pour la découvrir en pratique, voici l’essai de la Smart EQ fortwo cabrio.

Entre Smart et l’énergie électrique, c’est presque l’histoire d’un « coup de foudre » de jeunesse. En 1993, alors que Nicolas Hayek, le célèbre fondateur des montres Swatch, est toujours aux commandes de son projet de petite automobile, le premier concept de Smart électrique est développé : l’Eco Sprinter coupé équipé d’un moteur électrique de 40 kW. (en photo ci-dessous). La carrière commerciale de la Smart électrique ne débutera qu’en 2012 avec sa 3ème génération baptisée Smart fortwo Electrive Drive. Puis, en 2017, la nouvelle génération de la Smart électrique est lancée en déclinaisons fortwo, fortwo cabrio et forfour.

Aujourd’hui, avec la volonté du groupe Daimler de développer une large gamme de véhicules électriques, cette 4ème génération de la Smart électrique arbore fièrement le logo EQ commun le Mercedes-Benz EQC. D’ailleurs, lors du Mondial de l’Auto, où le premier SUV 100% électrique Mercedes a été présenté, le concept Smart forease s’est  « incrusté » sur le stand de la marque à l’étoile lors des journées presse.

Avant d’attaquer notre essai, il est important de noter que le mois d’octobre 2017 a vu les ventes de Smart électriques grimper en France à tel point que la micro-citadine se hisse sur la 3ème marche du podium derrière la Nissan Leaf et la Renault Zoé.

Venons-en à notre attractive Smart fortwo cabrio en finition prime. Son design chic, original et son très faible gabarit capable d’accueillir seulement deux occupants en font, sans concurrence possible, la voiture la plus à l’aise en ville. Ses 2,69 m de longueur sont un gage d’une mobilité urbaine optimisée. Quant à sa motorisation « à piles », elle est de 60 kW, soit l’équivalent de 82 chevaux. La Smart EQ fortwo met tout le monde d’accord au feu rouge, surtout grâce à un couple de 160 Nm disponible instantanément.

Au volant de la Smart EQ fortwo cabrio, on est vite pris par l’envie de rouler zen. A l’air libre, sans aucun bruit de moteur, c’est le plus naturellement du monde que nous adoptons (étonnamment) un rythme d’éco-conducteur.

La Smart est depuis sa 3ème version une vraie voiture, comprendre qu’elle est dynamique, sécurisante à souhait, que son conducteur et son passager seront loin d’être à l’étroit. L’apport de l’électricité rajoute une dose de fun supplémentaire à l’accélération. Malgré des jantes d’une taille de 15″ en série sur notre Smart EQ fortwo prime, seules les suspensions un peu fermes nous ont perturbés.

Le nerf de la guerre du marché des voitures électriques, c’est bien sûr l’autonomie. A cause de sa petite taille, la Smart EQ n’embarque qu’une petite batterie incluant 96 cellules pour une capacité totale de 17,6 kWh. L’autonomie communiquée par le constructeur est comprise entre 144 et 159 km/h. Notre essai réalisé principalement hors des villes a prouvé que la Smart électrique est proche de cette donnée en utilisation réelle, ce qui est plus qu’un point positif. Certes, on est loin ce celles des Renault Zoé et Nissan Leaf mais, pour un usage exclusivement urbain, cela nous semble largement suffisant.

En matière de recharge, le système rapide wallbox de 22 kW permet de refaire presque le « plein de watts » (jusqu’à 80% de la batterie) en 40 minutes alors qu’il vous faudra 6 heures avec une prise domestique. A noter que Smart propose des offres très intéressantes pour s’équiper d’une wallbox que ce soit pour une maison individuelle ou en résidence collective.

Enfin, niveau tarif, notre Smart EQ fortwo cabrio prime s’affiche à partir de 30 350 € auxquels il faut déduire le bonus écologique de 6 000 €. Pour pousser plus loin la réflexion sur l’achat d’une voiture électrique, le premier prix est de 23 250 € pour la Smart EQ fortwo coupé pure, soit 17 250 € la micro-citadine ! N’est-ce pas une offre alléchante ? La « méchante » Smart EQ coupé Brabus Style qui apparaît en photo dans cet article s’affichant à 28 800 € (hors bonus).

Texte et photos : Frédéric Lagadec